Comment se débarrasser de ses croyances


Cet article est la suite et fin du précédent article sur le management et ses croyances.

Aujourd’hui, je vais vous expliquer les différentes techniques que j’utilise pour me débarrasser de mes croyances, ce sont des techniques de coaching et de changement personnel.

Par croyances, je veux dire tout ce que je ne remets pas en cause et que je considère comme acquis !
Tout change tout le temps, et rien n’est jamais acquis. Certaines perceptions peuvent rester inchangées pendant des dizaines d’années, et moins elles sont remises en cause, plus elles font mal quand la réalité les anéantit.

La majorité de ces techniques requiert une tierce personne, parce qu’il est presque impossible de détecter ses propres croyances seul.

Les techniques qui ne fonctionnent pas

Certaines personnes (en général très intelligentes) croient naïvement qu’on peut changer nos croyances avec un raisonnement logique, comme je viens de le tenir dans l’article précédent.
Intellectuellement, mon raisonnement se tient, donc il suffit simplement de l’appliquer, non ?

Malheureusement, mes croyances sont très ancrées en moi, et il est impossible de les casser par quelque chose de rationnel, étant donné qu’elles ont été ancrées de manière irrationnelle.

Parmi les techniques qui ne fonctionnent pas, on trouve:

  • le raisonnement: les croyances sont irraisonnées
  • l’auto-suggestion (méthode Coué ou PNL): essayer d’aller contre sa nature ne fonctionne pas (mais l’auto-suggestion permet de renforcer certains comportements)
  • une vision exagérément optimiste: la réalité est très dure et met rapidement à mal ce modèle, il y a aussi le danger d’une prise de risques trop grande par naïveté
  • la volonté: la volonté ne tient jamais très longtemps, parce que le doute surgit
  • la manipulation: je peux tromper une fois mille personnes, mais pas mille fois une personne

J’ai testé chacune de ces méthodes, et je vous assure qu’elles ne fonctionnent pas.

Je vais aborder maintenant les techniques qui fonctionnent, dans l’ordre croissant d’efficacité.

Je vais à la rencontre des croyances des autres

La façon la plus simple de détecter ses propres croyances est de voir les croyances des autres personnes.
Cela marche quand je n’ai pas les mêmes croyances que les autres.
Dans le cas où mes croyances sont les mêmes (c’est à dire que je ne fréquente que des gens qui partagent mes croyances), cette méthode ne fonctionne pas.
Je vous recommande tout particulièrement de vous confronter aux cultures étrangères.

J’utilise la narration émotionnelle

La narration émotionnelle, c’est présenter les choses en utilisant ma propre expérience personnelle comme exemple (c’est la technique que j’utilise sur ce blog).
C’est parfois efficace, mais il y a plusieurs inconvénients:

  • il faut être en accord avec soi-même: je dis ce que je fais, et je fais ce que je dis
  • le message doit être répété plusieurs fois pour être entendu, la compréhension prend beaucoup plus de temps
  • il faut être honnête, et ce n’est pas facile

Dale Carnegie parle d’une méthode un peu équivalente (évènement/action/bienfait), mais je crois que j’ai inventé cette technique, parce que je n’ai jamais croisé personne l’utilisant.
Les personnes apprécient toujours le partage d’expérience humaine, surtout les échecs qui sont bien plus intéressants que les réussites, et c’est très difficile d’avouer nos échecs.
Je parlerai plus longuement de cette technique dans un futur article.

Je prends de nouvelles habitudes

Certains thérapeutes préconisent une approche comportementale, c’est à dire l’acquisition de nouvelles habitudes, qui vont venir remplacer les anciennes habitudes.
Cette méthode apporte un soulagement immédiat appréciable.
Mais le problème est qu’elle ne travaille que sur les symptômes, pas sur les causes, ce qui fait que le soulagement n’est que temporaire.
En effet, je peux essayer de me forcer à agir d’une certaine façon, mais ma vraie nature reviendra dès que je perdrai le contrôle, et cela crée de la frustration et engendre un cercle vicieux d’échec.
Un bon exemple connu est le fait de suivre un régime ou d’arrêter de fumer, la volonté ne suffit pas. Dès que ma volonté me fait défaut, je commence à m’accuser de ma propre incapacité, ce qui renforce ma dévalorisation et réduit mes efforts à néant.
Dans mon cas personnel, j’ai beaucoup amélioré mes interactions avec les gens grâce à la prise d’habitudes, mais cela n’a pas vraiment changé ma vie en profondeur.

Les méthodologies agiles travaillent sur la prise d’habitude, parce que l’effet de groupe simplifie l’assimilation (j’appelle cela « l’effet boule-de-neige »).

J’interagis avec quelqu’un qui me renvoie mon image

Les thérapeutes (sauf les psychanalystes) utilisent beaucoup cette approche.
Il y a deux techniques de base:

  • la reformulation: je retourne l’image de la personne qui me parle
  • le questionnement: pourquoi est-ce que tu penses cela ?

C’est une technique moins impliquante que la narration émotionnelle, mais elle demande la coopération de la personne.
Dans mon cas, j’ai travaillé sur moi-même plusieurs fois avec des psychothérapeutes qui utilisaient ces techniques, mais j’ai toujours senti que la forme l’emportait sur le contenu (je suis désolé de la métaphore, mais je ne vois pas comment l’exprimer autrement).

Je prends conscience

A ma connaissance, la meilleure façon de sortir de ces croyances est la prise de conscience (processus très utilisé en psychanalyse).
Mais la prise de conscience est un processus mystérieux, puisqu’il n’est pas rationnel, n’est pas une prise d’habitude, et n’est pas verbal.

La prise de conscience est le processus le plus lent de tous, mais c’est celui qui amène les changements les plus profonds.

Dans mon cas, j’ai expérimenté la prise de conscience avec la psychanalyse, et diverses techniques comme la Gestalt, la sophrologie et la méditation. Plus jeune, j’avais expérimenté la prise de conscience mathématique, appelée aussi Aha!

C’est de très loin la méthode la plus efficace, parce qu’elle mène à un changement d’attitude.

L’agilité propose un outil non verbal, proche de la thérapie Gestalt: les jeux agiles, en particulier les « Innovation Games ».
Expérimenter en groupe sans rationaliser permet de prendre conscience de son comportement individuel.
J’attends beaucoup de progrès dans le futur des jeux agiles.

Conclusion pour les agilistes

Je vous rappelle encore une fois qu’aucune méthodologie ne permet de devenir agile.
Les méthodologies agiles se concentrent sur le comportement, par la prise de nouvelles habitudes pour corriger les anciennes.

La rétrospective reste le meilleur moment où la prise de conscience peut se produire.
La prise de conscience est plus facile à pratiquer en groupe, puisqu’il suffit d’une étincelle pour que le groupe la réalise.

Publicités

2 réflexions sur “Comment se débarrasser de ses croyances

  1. Pingback: Comment se débarrasser de ses croyances | Psychologie Agile | Bloc Note Lean | Scoop.it

  2. Pingback: Comment se débarrasser de ses croyances | Psychologie Agile | Bloc Note Team Management | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s