Le Sens de la Vie


Aujourd’hui, je vais vous parler du troisième niveau de motivation, et je vais être moins personnel que d’habitude, parce que je vais vous décrire l’approche de Viktor Frankl.

Pour rappel, le premier niveau est la motivation sur le travail: https://psychologieagile.wordpress.com/2012/03/01/motivation/
Le second niveau est la motivation sur notre évolution personnelle: https://psychologieagile.wordpress.com/2012/07/29/la-pyramide-de-maslow/ (j’avais abordé la transcendance de Frankl)
Le troisième niveau est sur le sens de notre vie, et je présenterai bientôt le quatrième niveau.

Viktor Frankl

Viktor Frankl était un psychiatre autrichien qui avait étudié la psychanalyse.
Pour plus d’informations, je vous conseille de consulter les pages Wikipedia:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Viktor_Frankl
http://en.wikipedia.org/wiki/Viktor_Frankl

Les camps de concentration

En 1942, il a été déporté dans un camp de concentration, et il a réussi à survivre à 3 années dans divers camps de concentration.
Il a fait part de son expérience dans le livre « Man’s Search for Meaning« , qui est un livre magnifique, et me rappelle par certains points l’histoire de Bruno Bettelheim dans « Le Coeur Conscient« .

Il faut savoir qu’une seule personne sur 28 a survécu aux camps de concentration.
Viktor explique dans son livre que toutes les névroses disparaissent très rapidement quand on doit survivre (par exemple, le désir sexuel disparaît ou alors si quelqu’un avait le sommeil léger avant d’entrer dans le camp, il peut dormir sans aucun désagrément à côté de quelqu’un qui ronfle).
Mais le plus intéressant dans son livre est: qu’est-ce qui fait que l’on survit dans de telles conditions ?
Parce que la nourriture est insuffisante, les brimades constantes, il n’y a aucun plaisir dans le quotidien des prisonniers, et la mort est omniprésente.
Un élément important de son livre sont les cigarettes. Pour un prisonnier, une cigarette, c’est le moyen de payer pour un repas de plus (chaque prisonnier a droit à un litre de soupe par jour, avec plutôt peu d’éléments solides, et 500 grammes de pain). Donc posséder des cigarettes est un moyen de survie.

Le premier point important que l’auteur mentionne est que certains prisonniers se laissaient mourir:

  1. ceux qui décident de ne plus se lever pour aller travailler et qui commencent à fumer leurs cigarettes décèdent très rapidement. Ils cédaient à leur désir de ne plus avoir une vie pénible.
  2. les optimistes, qui croient qu’ils vont être libérés dans un futur proche. A ce propos, il explique qu’il y avait énormément de décès juste après Noël, parce que certains prisonniers avaient la pensée magique de revoir leur famille pour Noël.

Comment survivre ?

Comment Viktor a-t-il pu survivre alors que tant de monde mourrait ?
Comment survivre quand il n’y a que de la souffrance ?
En fait, il explique qu’il a survécu grâce à deux choses:

  1. sa femme: il a idéalisé sa femme et lui parlait intérieurement, mais il ne savait pas si elle était vivante ou morte (en fait elle est morte rapidement)
  2. son manuscrit: avant d’entrer dans le camp de concentration, il avait commencé un manuscrit qu’il comptait publier, mais il a dû le jeter ainsi que toutes ses affaires à son arrivée. Il explique que son manuscrit l’a aidé à tenir, parce qu’il voulait le réécrire pour le publier.

Viktor explique que les gens qui perdaient la foi dans le futur mouraient, en déclinant mentalement et physiquement.
Je pense aussi qu’il disposait d’une qualité que peu de gens ont: accepter la réalité telle qu’elle est, et pas telle qu’il voudrait qu’elle soit.
Bruno Bettelheim explique que certains prisonniers se demandaient toujours « pourquoi est-ce que je suis ici ? pourquoi ça m’arrive à moi ?« , et ils vivaient très mal la situation au lieu de l’accepter.

La dignité humaine

Un autre message important de son livre est sur la dignité humaine.
Certains prisonniers étaient encore plus cruels envers leurs compagnons d’infortune que certains geôliers.
Certains geôliers agissaient humainement, par exemple en donnant de la nourriture ou en évitant d’être cruels.
Viktor explique qu’il a vu des gens mourir de manière admirable, en toute dignité.

La logothérapie

Après sa libération, il a inventé la première thérapie existentielle: la logothérapie.
La logothérapie n’est pas une thérapie par la parole, mais par la recherche du sens de la vie.
C’est une thérapie brève peu connue en France, non ce n’est pas du coaching personnel.

L’anecdote suivante m’a beaucoup touché:
A un docteur qui lui demandait comment résumer en une seule phrase la logothérapie, Viktor lui a demandé comment résumer la psychanalyse:
« pendant une psychanalyse, le patient doit s’allonger sur un divan et dire des choses qui sont parfois très désagréables à dire »
Viktor répondit:
« dans la logothérapie, le patient doit rester assis mais il doit écouter des choses qui sont parfois très désagréables à entendre »

Je vous conseille de regarder cette vidéo, qui aborde notamment les concepts d’hyper-intention et de transformation de l’individu:

Le sens de la vie

J’aimerais vous faire comprendre que la vie n’a pas de sens.
C’est vous qui donnez du sens à votre vie, ce sens ne vient pas de quelque chose d’extérieur à vous: c’est vous qui décidez.

Ensuite, le sens de la vie change tout le temps.
Par exemple, si le sens de ma vie est d’avoir des enfants, et qu’ils sont nés, je suis bien obligé de changer le sens de ma vie.
Ou alors si je ne peux pas avoir d’enfant, je dois trouver un autre sens de ma vie…

Si vous n’avez pas de sens à votre vie, vous devez vous sentir vide, incomplet, même si vous avez beaucoup d’argent.
Souvent, ceux qui ne trouvent pas de sens dans leur vie rentrent en dépression.

Comment donner du sens à sa vie ?

Viktor explique qu’il a demandé à 7948 étudiants ce qu’il y avait de plus important pour eux, 16% ont répondu « gagner beaucoup d’argent », et 78% « trouver un but et du sens à ma vie ».
Gagner de l’argent ne donne pas du sens à la vie !
Il explique aussi que 90% des alcooliques et 100% des drogués n’ont pas de sens dans leur vie !

Viktor a trouvé 3 façons de donner du sens à votre vie:

  1. en créant une oeuvre ou en faisant une bonne action. Viktor explique que si vous n’avez pas de sens dans votre vie, donnez votre temps à une organisation caritative, vous aurez du sens immédiatement (mais pas d’argent).
  2. en faisant l’expérience de quelque chose ou en rencontrant quelqu’un. Viktor suggère l’expérience de la bonté, de la vérité ou de la beauté (par exemple la nature ou la culture). Pour la rencontre de l’autre, il explique qu’il faut expérimenter la rencontre de l’autre dans son unicité, en l’aimant (sans connotation sexuelle). L’amour humain, c’est la découverte de l’autre, afin de l’aider à devenir ce qu’il peut devenir.
  3. par notre attitude envers la souffrance inévitable. La souffrance peut nous faire grandir, notamment quand la mort est proche, relisez https://psychologieagile.wordpress.com/2012/01/15/regrets-eternels/ Comment transformer une tragédie personnelle en triomphe, sans souffrir de manière inutile ?

Il est facile de trouver du sens quand tout va bien, mais c’est beaucoup plus difficile quand tout va mal.
Par exemple, si vous êtes parent et que vos enfants meurent, comment trouver du sens à cette expérience ? Comparer sa souffrance aux autres ne sert à rien dans ce genre de situation. Notez que je ne parle pas de foi, n’étant pas croyant.

Pour plus d’informations sur la logothérapie, je vous conseille cet excellent article:
http://www.unanpourtoutchanger.com/2010/01/14/decouvrir-un-sens-a-sa-vie-dr-viktor-e-frankl/
La page Wikipedia anglaise décrit un peu la logothérapie:
http://en.wikipedia.org/wiki/Logotherapy

Conclusion

J’ai essayé de vous présenter l’importance de chercher du sens dans sa propre vie.
Pour ma part, j’ai eu beaucoup de mal à trouver du sens dans ma vie après avoir arrêté le jeu vidéo en 2003, parce que le jeu vidéo représentait 18 années de ma vie.
Aucune des psychothérapies que j’ai suivies n’a apporté de réponse à ce niveau-là, parce qu’elles se concentrent sur les problèmes plutôt que les objectifs de vie. J’ai eu toutes mes réponses en 2008, parce que ma vie a beaucoup changé cette année-là.

Si vous êtes en recherche de sens dans votre vie, je vous propose l’exercice suivant:
imaginez que vous venez de mourir et écrivez tous les points qui font que votre vie valait la peine d’être vécue, et ensuite tout ce qui fait que votre vie vaut la peine d’être vécue en ce moment même
Par pitié, ne mettez pas: « je gagne beaucoup d’argent », dites plutôt ce que vous faites de cet argent.

Je vous déconseille bien évidemment de quitter votre travail pour suivre vos rêves, parce que cela a toutes les chances d’échouer.

Vous pouvez trouver du sens en dehors de votre travail à la condition que votre travail n’occupe pas toute votre vie.
Je me souviens de cet article récent: http://it-jobs.fins.com/Articles/SBB0001424052702303404704577309493661513690/How-Google-s-Marissa-Mayer-Manages-Burnout où Marissa Mayer a travaillé 130 heures par semaine pendant 5 ans (il y a 168 heures dans une semaine). J’imagine que son travail donnait du sens à sa vie, mais elle n’a pas l’air de l’avoir compris.

Enfin, posez-vous la question:

qu’est-ce qui donne du sens à ma vie et que puis-je faire pour qu’elle ait plus de sens ?

Publicités

5 réflexions sur “Le Sens de la Vie

  1. Pingback: Le Sens de la Vie | Psychologie Agile | Une passion pour l'humain dans toutes ses vérités :-) by Pharmacomptoir | Scoop.it

  2. Pingback: Le Sens de la Vie | Psychologie Agile | Méthodes Agiles et User Experience, Agile-UX | Scoop.it

  3. Et si la vie n’avait tout simplement pas de sens? Pourquoi lutter à en trouver un factice?
    Vivre sans un « sens », c’est vivre sans un but unique. Ca permet d’en avoir plein, de les atteindre, et d’en changer à l’envi. De se tromper, d’essayer, de garder sa liberté. N’est-ce pas un bon moyen de juste apprécier l’instant présent sans gâcher les instants à venir, travailler sans s’y perdre, être joyeux et curieux, hédoniste et raisonnable?
    Je suis un démo coder. A l’époque tu m’as puissamment inspiré par la qualité de ton code. Et le sens de ma vie était de coder. C’était une autre vie, à notre époque on a la chance d’avoir plusieurs vies en une. Profitons-en, quand on le peut…

    • Bonjour Dominique,

      A l’époque de l’Atari, je n’avais jamais publié de code, je suis surpris par le fait que tout le monde me parle de la qualité de mon code 😉
      Je me souviens surtout à l’époque que je convertissais des démos Amiga vers le ST, et un jour, je suis tombé sur une démo en 3D de Spreadpoint (je crois). Je me suis dit: vu que les programmeurs Amiga ne sont pas très bons, je dois pouvoir la refaire sur le ST. J’avais désassemblé le code et découvert qu’ils utilisaient le blitter pour le remplissage. Je me suis quand même acharné, mais j’en parle plus longuement dans l’article qui paraîtra dans Pix’n Love.

      A propos du sens, je l’ai écrit: la vie n’a pas de sens.
      Mais tu te trompes si tu crois que tu peux vivre sans t’en donner un (même factice).
      En effet, si tu ne cherches pas à avoir un sens, tu vas passer ton temps à ne rechercher que le plaisir (sous toutes ses formes: intellectuel, physique, etc..) mais tu ne pourras pas éviter la souffrance (j’en parlerai dans 5 posts).
      Et imaginer que tu peux réduire la souffrance en te disant « ha, j’ai quand même bien profité des plaisirs de la vie » ne fonctionne pas.
      Tu tomberas probablement dans l’un des scénarios suivants:
      – moi qui ai eu tant de plaisir dans ma vie, pourquoi est-ce que cette souffrance m’arrive maintenant ? Je ne l’ai pas méritée !
      – non, je ne supporte pas la souffrance, je veux en finir rapidement.

      Dans tous les cas, tu refuses de vivre l’instant présent qui est la souffrance.
      Tout le monde veut vivre l’instant présent mais seulement quand ça va bien !
      Mais comment vivre l’instant présent quand ça va mal et que c’est inévitable ?
      Comment supporter une situation inévitable ?
      Et je ne parle pas de foi, je ne suis pas croyant.

      Enfin je n’aurais pas fait tout ce que j’ai fait si je n’avais pas été drivé par un but factice (devenir le meilleur programmeur du monde). Je voulais prouver à tout le monde ce dont j’étais capable de faire, et cela implique de s’investir à fond.
      Si tu ne sens pas une mission au fond de toi, tu vis de manière superficielle, en sautant d’un sujet à l’autre sans aller en profondeur.
      Je préfère maîtriser à fond un seul domaine que connaître superficiellement 100 domaines.
      Pour moi, c’est cela vivre pleinement !

      • La qualité du code se voit quand tu regardes la démo. Quand tu as un effet tellement puissant à l’écran que tu te demandes « argh mais comment il fait? » Et pendant que tu essayes de trouver l’astuce, apparaît un megascroller fullscreen achève le spectateur. Oui, la puissance du code est visible. La qualité, dans les démos, c’est plus subtil. C’est l’absence de défauts qui fait la qualité. Quand j’ai sorti ma première megadémo (faite à presque moi tout seul, et j’étais pas vieux), j’avais pas viré le bip clavier, j’avais aucune idée qu’il existait un registre pour ça 🙂 – Mr bee s’est bien foutu de moi et il avait bien raison. 🙂

        Concernant les buts dans la vie, 100% d’accord avec toi sur la nécessité d’en avoir; je disais au contraire qu’on peut en avoir plusieurs, et qu’on a le droit d’en changer. Accessoirement qu’il faut se garder de penser que son/ses buts persos sont universels.
        Et viser l’excellence ne fait pas de mal…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s