La Connaissance de Soi (première partie)


Aujourd’hui, je vais continuer ma série sur la motivation: https://psychologieagile.wordpress.com/category/motivation/

Jusqu’à présent, je vous ai présenté les 3 niveaux de la motivation de faire (je deviens ce que je fais), je vais maintenant présenter le premier des 3 niveaux de la motivation d’être (je deviens ce que je suis).

Note: si vous êtes coach (agile ou non), vous devriez déjà travailler sur ce niveau de motivation, sinon les mécanismes psychologiques doivent vous échapper totalement, mais est-ce que vous vous en préoccupez ? cf les Core Protocols.

Connais-toi toi-même

Tous les gens que je croise connaissent très bien leur travail (et certains informaticiens sont obsessionnels sur ce sujet), mais je suis toujours très surpris à quel point ils se connaissent si peu humainement.

J’ai arrêté de chercher à comprendre comment les autres fonctionnent (ou pensent), parce que l’important est de découvrir comment je fonctionne (et comment je pense).
Plus je comprends comment je fonctionne, plus je comprendrai comment les autres fonctionnent.

Pour ma part, j’ai dû remettre en cause tous mes mécanismes intérieurs afin de découvrir qui j’étais, et cela m’a pris presque 20 ans. Je n’ai pas vraiment eu le choix, parce que j’ai eu une vie très difficile, et c’était la seule façon de survivre.

J’espère que votre vie a été heureuse, et je vais essayer de vous donner des pistes, afin de vous faire gagner quelques années !

Le corps

Connaître son corps, c’est expérimenter avec son corps, être à l’écoute.
J’ai commencé à prendre en compte mon corps à 28 ans, avant j’étais un pur esprit.

Le stress

Une de mes premières découvertes a été le stress physique: une grosse boule au niveau du diaphragme.
Lors de ma première séance de psychanalyse, j’ai totalement relâché mon diaphragme, qui devait être bloqué depuis quelques années déjà.
Cela fait des années que je n’ai plus eu de symptôme de stress (sauf le trac quand je dois parler en public).
Est-ce que vous arrivez à détecter votre niveau de stress dans votre corps ?

L’alimentation

Il y a un an, j’ai découvert mon intolérance à certains aliments: le gluten et le lactose.
Depuis que j’évite ces aliments, j’ai un meilleur « contrôle » de mes émotions, et surtout j’ai probablement gagné 10 ans de vie.
Est-ce que vous sentez que certains aliments vous conviennent mieux que d’autres ?

L’exercice physique modéré

Je vois autour de moi des personnes forcer leur corps, jusqu’à le bousiller, parce qu’il doit se plier à leurs désirs.
Personnellement, j’espère maintenir mon corps en bon état le plus longtemps possible, aussi je le ménage, tout en l’utilisant pour éviter qu’il ne perde sa mobilité.
L’important pour maintenir son corps en bon état est de faire des exercices doux régulièrement, afin de faire travailler les articulations.
Si vous passez comme moi une bonne partie de votre semaine devant un ordinateur, je vous recommande un petit exercice étonnant: faites tourner vos yeux. Vous sentirez à quel point vos yeux ont appris à regarder fixement, oui, ça fait mal !
En plus, le fait de tourner les yeux tout en regardant fera travailler les deux hémisphères de votre cerveau, et améliorera votre capacité à accepter le changement (cf EMDR).

Le sexe

Le sexe m’a permis d’expérimenter mon corps d’une manière totale, mais pour cela j’ai compris qu’il fallait ne pas me focaliser sur moi, mais sur ma partenaire.
Si vous avez des problèmes sexuels, c’est que vous êtes probablement trop centré sur vous-même.

La santé

Personnellement, j’ai une santé plutôt fragile, ce qui fait que j’en prends grand soin.
Mes parents m’ont légué à peu près tout ce qu’il y avait de pourri chez eux, donc je fais attention.
Prendre des excitants (coca, café, clope, drogue, musique violente, antidépresseurs…) la journée, et des calmants (alcool, haschich, etc…) le soir est l’indicateur d’un malaise profond.

Le sommeil

Alors là, je ne peux pas donner de leçon, parce que je me couche tard et je me lève tôt. Il me faudrait 7 heures de sommeil par jour, et je suis loin du compte.
Le manque de sommeil fait que les journées paraissent très longues, surtout quand le travail n’est pas intéressant.

Le comportement

Curieusement, il est très facile pour moi de constater le comportement des gens autour de moi, mais il est très difficile de savoir comment j’agis moi-même.
Voici les techniques que j’utilise sur moi-même.

Je demande aux autres

La technique la plus simple est de demander aux gens autour de moi.
Quand j’ai l’occasion de demander à un groupe de personnes, j’utilise un questionnaire anonyme, afin d’avoir le retour le plus honnête possible, les critiques les plus dures sont souvent les plus intéressantes.

Je repère ce qui me gêne chez les autres

Un excellent moyen de savoir ce qui cloche chez moi est de repérer ce qui accroche chez les autres.
En théorie, si j’étais parfait, je n’aurais aucun conflit.
Donc chaque source de conflit, aussi petite soit-elle, est un révélateur de ce qui ne fonctionne pas chez moi.

Comme j’aime bien me mentir pour m’idéaliser, j’utilise ce que j’appelle des « motifs nobles« , c’est à dire que je suis le chevalier blanc, et je critique les défauts des autres parce que je suis parfait.
Malheureusement, quand je gratte un peu, la réalité est moins glorieuse:

  1. je peux avoir le même défaut (mais je le cache ou je me mens)
  2. je peux souffrir d’une croyance (par exemple, « je dois faire confiance aux autres », ce qui est de l’optimisme aveugle)
  3. je peux être en décalage par rapport à la réalité (par exemple « toutes les femmes sont des salopes, sauf ma mère » ou « je suis le meilleur »)
  4. je peux ne pas agir en accord avec mon système de valeurs: « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ».
    En général, le fait d’avoir un système de valeurs indique une réticence au changement.

J’essaye d’agir différemment

J’aime expliquer que notre personnalité est composée de tout un tas de paramètres que nous pouvons modifier à chaque instant, en fonction des circonstances.
Quand notre vie a été difficile, ou bien notre éducation très rigide, nous avons le plus grand mal à modifier certains paramètres, et cela se manifeste dans le fait que nous agissons toujours de la même manière quelles que soient les circonstances.
Une technique que j’ai découverte est de faire le contraire de ce que je fais d’habitude, par exemple, si j’ai l’habitude de me comporter de manière gentille, je vais essayer de me comporter de manière odieuse pendant un temps donné.
Bien évidemment, cela va m’être difficile, mais cela permettra de valider que je peux changer ce paramètre.
Si quelque chose me paraît impossible, c’est probablement que certains de mes paramètres sont bloqués.
Il est important de ne pas être trop prévisible, ou trop imprévisible.

J’observe passivement mon comportement

De temps en temps, je deviens l’observateur passif de mon propre comportement.
C’est assez difficile à expliquer, aussi j’en reparlerai lors du dernier article sur la motivation.

Les émotions

Notre éducation et la société française actuelle nous obligent à cacher nos émotions négatives dès que nous sommes en public, en particulier au travail.
Bien sûr, nous avons le droit d’exprimer dans une certaine limite notre joie, mais pas nos émotions « négatives ».

Réprimer mes émotions au travail m’avait transformé en individu incapable d’exprimer ma colère ou ma tristesse, et donc obligé de la retourner contre moi-même, ce qui explique probablement mon stress à l’époque.

Maintenant, j’essaye d’exprimer honnêtement mes émotions, dans le respect des autres.

Plus je cherche à retenir mes émotions, plus elles vont s’exprimer de manière violente plus tard.
Plus je peux exprimer mes émotions librement, plus je me sens libre vis-à-vis de mes émotions, et mieux je peux les contrôler.

J’ai le droit de me mettre en colère sans dévaloriser quiconque, sans émettre de jugement de valeur.
J’ai appris à libérer ma colère. Au début, la puissance de cette colère était comme un torrent, mais maintenant, elle est comme un ruisseau.
A titre d’exemple, je me suis mis 3 fois en colère en 10 ans de travail, et à chaque fois, l’attitude des gens vis-à-vis de moi a changé instantanément: ils ont arrêté de me percevoir comme quelqu’un de soumis, ce qui a grandement amélioré mes relations.

J’ai le droit de pleurer publiquement sans me sentir coupable (« ça ne se fait pas »).
Je me suis autorisé à pleurer en public, par exemple quand je pleure tout au long du film « Les Intouchables », j’ignore pourquoi et je m’en fous.

Enfin, j’ai le droit d’exprimer mon désaccord le plus tôt possible, avant que la situation ne devienne intolérable. J’aborderai prochainement la confiance en soi.

Est-ce que vous vous autorisez à exprimer vos émotions sans vous justifier ?

Conclusion

J’ai essayé de vous présenter la partie émergée de notre personnalité, et les points sur lesquels vous devriez travailler.
Etre soi-même, ça s’apprend et ça demande de l’effort.

Dans le prochain article sur la motivation, j’aborderai la partie irrationnelle de ce que nous sommes.

Publicités

2 réflexions sur “La Connaissance de Soi (première partie)

  1. Bonjour Jean-Charles,

    Une belle introduction pour partir à la découverte de soi.
    Un article applicable bien au-delà du monde de « l’agilité ».

    Aymeric

    • Salut Aymeric !

      En fait, ce n’est pas une introduction, c’est vraiment ce que chacun devrait faire, mais que peu de gens font parce qu’ils se concentrent sur « faire » et pas sur « être ».
      Je pense que mon prochain article sur la motivation va t’apprendre plus de choses, il sera sur l’ouverture d’esprit, le dernier sera sur la recherche du bonheur.

      JC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s