Agile Tour 2012


L’Agile Tour 2012 aura lieu le mardi 20 novembre 2012 dans les magnifiques locaux de Microsoft.
L’entrée est gratuite, aussi je vous conseille d’en profiter en réservant votre entrée ici.

Je vais y présenter la « Psychologie Agile » de 15h30 à 16h15.
Si les mécanismes humains vous échappent, ma présentation devrait vous éclairer.

Agile Tour 2011

Voici ma présentation de l’année dernière, si vous n’avez pas pu y assister:

Chacune de mes présentations est unique, parce que leur contenu change à chaque fois.
Par exemple, à la Conf-Agile de 2012, j’ai présenté la même conférence de manière très différente, avec le but avoué d’avoir un impact émotionnel, plutôt qu’un impact intellectuel comme dans la version ci-dessus.

Annonce

Malheureusement, préparer une conférence me demande un temps considérable, donc je ne pourrai pas aborder d’article de fond jusqu’au 20 novembre.

Merci de votre patience !

Résultats du Sondage


Tout d’abord, merci d’avoir voté !

Vos retours me permettent d’écrire des articles qui vous concernent, plutôt que des articles qui me procurent un plaisir solitaire.

Résultats du vote

Les 3 sujets les plus votés ont été Agilité (22 votes), Développement Personnel (22 votes) et Psychologie (16 votes).

Je n’ai eu que 4 votes sur la Spiritualité, qui est pour moi indissociable du Développement Personnel, je n’aborderai donc pas la non-dualité ici, mais n’hésitez pas à me contacter en privé si vous êtes intéressé.

J’ai eu un vote sur Others, avec comme sujet proposé « Communication et Collaboration ».
Très franchement, je suis assez nul en communication (à cause de ma pratique obsessionnelle de l’honnêteté), mais je connais très bien les mécanismes de collaboration/compétition, donc j’écrirai plusieurs articles sur ce thème.

Pour moi, la psychologie concerne à la fois l’Agilité et le Développement Personnel, mais de manière moins pratique.

A partir de maintenant, je vais alterner des articles sur l’Agilité avec des articles sur le Développement Personnel.

Les prochains sujets

A vrai dire, je suis un peu embarrassé, parce que je pratique de moins en moins l’agilité en groupe, et de plus en plus l’agilité tout seul, donc mes prochains sujets ne seront pas du tout méthodologiques, mais plutôt orientés sur la psychologie individuelle dans une organisation, et sur comment inculquer rapidement des notions d’agilité à un groupe.

Au niveau Développement Personnel, je vais commencer par les sujets suivants: le stress, le changement, la confiance en soi et les charlatans.

N’hésitez pas à me faire part des sujets que vous aimeriez voir abordés ici.

L’Agilité, à quoi ça sert ?


Curieusement, depuis que je pratique l’agilité, personne ne m’a jamais expliqué à quoi ça pouvait me servir.

Bien sûr, je connais le baratin commercial: ça sert à augmenter la productivité, à livrer à temps, à faire que l’équipe s’engage, etc…
Mais ceci intéresse mon entreprise en tant qu’entité, pas moi en tant qu’individu !

Qu’est-ce que j’ai à gagner à utiliser une méthodologie agile ?

Avant d’aller plus loin, voyons un peu comment s’articule une entreprise.

Les différents niveaux dans l’entreprise

Dans une entreprise, nous trouvons toujours 3 niveaux:

Chacun des employés de l’entreprise est forcément dans un de ces 3 niveaux.

En fait, il existe 2 autres niveaux, extérieurs à l’entreprise:

  1. les consultants externes
  2. les utilisateurs ou clients

Voyons à quoi peuvent servir les méthodologies agiles pour ces 5 niveaux.

Les Clients

Les utilisateurs ou clients sont les cibles de mon produit.
En tant que client, l’important pour moi c’est d’avoir le meilleur produit possible, d’avoir de l’assistance si je trouve un problème, et surtout je veux qu’on écoute mes besoins et qu’on prenne en compte ce qui est important pour moi.

Il n’y a pas vraiment de méthodologie agile spécifique pour ce niveau (il existe toutefois quelques techniques agiles très utiles), mais l’agilité accorde un intérêt tout particulier au client, qui est généralement le grand oublié des méthodologies non agiles.

Les Consultants Externes

Le rôle des consultants externes agiles (coach agile, facilitateur) est d’apporter les graines de l’agilité afin qu’elles germent dans l’entreprise, et le terrain n’est pas toujours fertile.
En tant que consultant, l’important pour moi c’est de montrer que l’agilité fonctionne, et surtout d’avoir un client satisfait, afin de le rendre fidèle et de pouvoir lui vendre plus de prestations.

Je dois connaître le maximum d’outils agiles afin d’aider au changement.
Je peux tirer une certaine fierté si les individus ont changé d’attitude.

L’Exécution

L’exécution, ce sont les personnes qui réalisent le projet.
Dans l’informatique, ce sont les programmeurs, les testeurs, les graphistes, etc…
En tant qu’exécutant, l’important pour moi c’est de produire avec la meilleure qualité possible, d’éviter les réunions et la documentation inutiles, et surtout je veux me sentir bien dans mon travail.

La méthodologie la plus efficace pour ce niveau est Kanban ou bien XP.
Scrum ou Lean ne sont pas du tout adaptés à mes attentes !
Scrum a beaucoup trop de réunions et Lean est trop focalisé sur l’organisation.
J’ai moins de chances de me planter si je respecte Kanban ou XP aveuglément.

L’Organisation

L’organisation, ce sont les personnes qui communiquent entre les différents groupes et qui planifient le projet.
Dans l’informatique, ce sont les chefs de projet, qui sont traditionnellement convertis en Product Owner ou en ScrumMaster.
En tant que manager, l’important pour moi c’est de mieux planifier le projet, d’avoir le moins de frictions possibles entre les différents individus, de ne pas trop perdre mon temps en réunions, et surtout de finir mon projet dans les temps.

La méthodologie la plus efficace pour ce niveau est Scrum.
Kanban est trop focalisé sur les tâches, et pas assez sur l’organisation, alors que Lean ne fournit pas un cadre formalisé.
J’ai moins de chances de me planter si je respecte Scrum aveuglément.

La Direction

La direction, ce sont les personnes qui définissent la vision du produit.
Curieusement, leur travail est plutôt solitaire, ils communiquent individuellement.
En tant que directeur, l’important pour moi c’est de mieux affiner la vision du produit, de mieux gérer mon budget et mes « ressources » en évitant les gaspillages, et surtout de pouvoir prendre des décisions de manière efficace.

La méthodologie la plus efficace pour ce niveau est Lean.
Kanban est trop orienté tâches et Scrum est trop focalisé sur l’équipe.
J’ai moins de chances de me planter si je respecte la méthodologie Lean.

Conclusion

J’espère que vous comprenez maintenant pourquoi une seule méthodologie ne peut pas fonctionner dans toute l’entreprise !

Chaque niveau de l’entreprise doit utiliser la méthode la plus efficace pour lui, ce qui explique que plusieurs méthodes doivent cohabiter.
Et pour que tout se passe bien, chaque individu doit comprendre comment les autres groupes fonctionnent.

En fait, l’agilité, en dehors de toute méthodologie, c’est juste du bon sens.
C’est la manière la plus naturelle et la plus efficace de travailler en entreprise !

Deuxième sondage


Si vous me lisez régulièrement, vous devez avoir remarqué que j’essaye d’aborder des sujets très différents, mais toujours centrés sur l’humain.

Très franchement, je n’ai aucune idée où ce blog me mène, mais j’espère que vous prenez plaisir à me lire tout en vous faisant réfléchir.

Il y a 8 mois, je vous avais proposé un premier sondage.
Depuis, mon lectorat a évolué, alors j’ai besoin de savoir quels sujets vous intéressent.
Vous pouvez choisir plusieurs thèmes, et même en proposer.
Je vais essayer de rédiger mes articles en fonction de vos votes, pour l’instant c’était 50% sur l’agilité, et 50% sur le reste.

Merci de votre participation !

Voici une petite description des thèmes proposés:

  • Agilité: psychologie des groupes et des individus dans l’entreprise
  • Développement personnel: changement, coaching, gestion du stress
  • Le jeu vidéo et l’informatique: ma vie dans le milieu informatique
  • Psychologie: analyse des comportements individuels
  • Spiritualité: méditation, Soi

Le Métier de Programmeur de Jeu Vidéo


Quand je dis que j’ai programmé des jeux vidéos pendant 18 ans, le regard de certains de mes interlocuteurs s’éclaire, notamment ceux qui jouent beaucoup ou plus curieusement les développeurs dans le monde « professionnel ».

La réalité du jeu vidéo

Malheureusement, le monde du jeu vidéo n’est pas aussi magique qu’il y paraît.

Le travail y est dur, car le milieu est extrêmement compétitif (bien plus que dans le domaine « professionnel ») et demande d’être sans cesse à la pointe de la technique, ce qui fait que seuls les plus résistants survivent. Dans le milieu professionnel, il suffit de connaître 2-3 langages, et vous pouvez tenir 20 ans, sauf si vous aimez apprendre les dernières techniques à la mode.

Jeu vidéo et technique

Juste pour vous donner une idée des challenges techniques, imaginez qu’un jeu digne de ce nom tourne à 50 images par seconde, ce qui nous donne 20 millisecondes pour calculer chaque image. Quand vous avez ce genre de contraintes, vous êtes obligé de penser différemment, vous codez au niveau le plus bas possible (assembleur et C/C++) et vous utilisez des librairies de code que vous programmez vous-même ou que vous savez performantes, et notamment vous évitez les grosses bouses comme STL !

Une fois sorti du jeu vidéo, j’avoue que j’ai eu du mal à appréhender certains concepts, comme le SQL: c’était complètement inimaginable pour moi d’avoir accès à des données de manière aussi lente !
Et le plus triste, c’est que je fais de plus en plus de SQL 😦

Les salaires dans le jeu vidéo

Pour vous donner une idée des salaires dans le jeu vidéo, je vous conseille cet excellent article qui vous décrira la situation actuelle:

http://www.afjv.com/news/1709_etude-emploi-metiers-salaires-jeu-video.htm

Oui, mais…

Attention ! Pour toucher un gros salaire, il faut être une grosse pointure du jeu vidéo, avec une expérience reconnue. Si vous avez un super niveau théorique mais aucune expérience, n’espérez pas gagner plus que la moyenne.
Le plus incroyable est que les plus diplômés sont incapables de finir un jeu.

Il faut comprendre que faire un jeu vidéo, c’est beaucoup plus dur que faire du logiciel traditionnel. On doit gérer simultanément des contraintes de temps de réponse, de mémoire utilisée, d’espace de stockage, de temps de développement, etc…

L’insécurité chronique

Il y a assez peu d’entreprises dans ce secteur, donc les places sont rares.

J’ai connu 2 grosses crises dans le jeu vidéo, où la majorité des entreprises ont coulé. Seuls les éditeurs de jeu et certaines petites entreprises sachant faire du jeu ont pu survivre à ces crises.

De nos jours, il est peut-être possible de faire carrière dans le jeu vidéo, mais à l’époque où j’y étais (1984-2002), c’était exceptionnel !

De rares professionnels

Enfin, pour vous décourager du jeu vidéo, je tiens à signaler que je n’y ai rencontré que de très rares professionnels vraiment dignes de ce nom dans le jeu.
En 18 ans de travail, sur au moins 200 programmeurs, je n’ai croisé qu’une dizaine de personnes ayant un excellent niveau.
Et ne croyez pas que vous serez meilleurs que la moyenne, quand vous commencez, vous partez de zéro, et le niveau est élevé.
Il faut une dizaine d’années d’expérience pour devenir un expert.

Conclusion

Si vous voulez une vie tranquille ou avoir une famille, fuyez le jeu vidéo !
Si vous voulez vous éclater techniquement et que l’argent n’est pas votre moteur principal, faites du jeu vidéo, chaque jeu est un vrai challenge technique mais surtout une aventure humaine.

Le jeu vidéo est la meilleure école pour apprendre comment livrer du logiciel et surtout pour comprendre ce qu’est la motivation: tous ceux qui y travaillent croient dans ce qu’ils font.

Agilité et Psychologie Humaniste


A l’AgileTour 2012 de Rennes, Yvan Galisson a présenté une conférence sur le thème « Agilité et Psychologie Humaniste », que vous pouvez télécharger ici:
http://at2012.agiletour.org/files/GALISSON%2520Yvan_Agile%2520Rennes.pdf

Il fait une rapide présentation des différents mouvements humanistes (en oubliant notamment Viktor Frankl), puis une brève présentation de l’Analyse Transactionnelle, puis la Pyramide de Maslow, puis le circuit de confiance de Lenhardt, et enfin une rapide présentation sur la structuration du temps.

Je n’ai pas assisté à la conférence, mais je suis content de voir que les thématiques que je présente ici sont enfin abordées dans les conférences agiles !

Pitch Conférence: « Psychologie Agile »


Chaque année, je présente une nouvelle conférence lors des rendez-vous agiles en région parisienne.
Traditionnellement, j’essaye d’être présent à l’Agile Tour, au ScrumDay et à la Conf Agile, tous en région parisienne.

La première année, ce fut pour décrire les « Rétrospectives à la Française ».
La seconde année, ce fut pour présenter « A la Recherche du Temps Perdu » et « Créativité Agile ».
Cette année, je présenterai la « Psychologie Agile ».

Qu’est-ce que la « Psychologie Agile » ?

La psychologie agile, c’est simplement l’étude des comportements dans une équipe agile, mais abordée du point de vue de l’individu.

Quel sera le contenu de la conférence ?

Je vais aborder la motivation, les différents processus mentaux à tous les niveaux d’une entreprise et les effets des rituels agiles.
Ma présentation durera une heure.

Quel est l’intérêt de cette conférence ?

Cette conférence essayera de vous faire comprendre à quel point la psychologie fait partie de l’agilité, et surtout rappeler que l’humain est au centre de l’agilité.
Si vous êtes focalisé sur les méthodologies agiles, cela risque de vous faire un choc !

J’espère que vous ne ressortirez pas indemne de ma présentation 😉