Un peu de SEO


Aujourd’hui, je vais faire un peu de Search Engine Optimization.

J’ai décidé de prendre quelques unes des requêtes qui mènent à mon blog, et certaines sont curieuses ou amusantes.
Comme d’habitude, je vais laisser des commentaires personnels.

Gestion des conflits

Beaucoup de personnes viennent chercher des techniques pour gérer les conflits.
Gérer un conflit est très simple quand je ne fais pas partie du conflit.
La technique à utiliser est de chercher la contradiction, c’est à dire le ou les points qui posent problème.
Cela correspond à comparer les désirs de chacun et la réalité.
Une fois ces points localisés, trouver une solution est assez simple.

Malheureusement, quand je fais partie du conflit, le gérer est quelque chose de beaucoup plus difficile, et je pense que la majorité des requêtes qui mènent sur mon blog viennent pour gérer ce genre de conflit.

Comment puis-je gérer un conflit dont je suis partie prenante ?

La meilleure solution est de trouver un médiateur externe au conflit, comprenant un peu la psychologie des individus et n’étant pas concerné par ce conflit.
Comme vous pouvez le constater, cela n’est pas facile, à moins de se trouver dans une grosse structure.

Comment puis-je gérer un conflit tout seul ?

Comme je l’ai déjà expliqué sur ce blog, il est essentiel de ne pas chercher à avoir raison.
Si je cherche à pousser ma solution à tout prix (même si c’est la meilleure), je ne vais créer que de la frustration parce que je vais montrer à tous que je me fous de leur avis.
En fait, il y a quelques dangers:

  1. chacun ne pense qu’à lui-même !
    Absolument tout le monde est égocentrique, et certains se mentent en croyant qu’ils ne le sont pas, en utilisant des valeurs personnelles erronées comme « motifs nobles ».
    Pour court-circuiter ce processus mental, j’essaye de prendre en compte leurs points de vue, même s’ils vont à l’encontre du mien.
  2. quand quelqu’un propose une solution, il se fout de savoir si elle résout le problème globalement.
    Un conflit n’est pas un problème local, il s’agit souvent d’un problème global, et il faut regarder tout ce qui est concerné par ce problème.
    Je vois souvent des personnes résoudre les problèmes à leur niveau local, en se foutant du coût pour les autres, après tout, ce n’est pas leur problème !
    Il existe des techniques pour analyser un problème sous toutes ses coutures, voyez par exemple la spirale dynamique, le System Thinking ou le Design Thinking, qui est proche du mind-mapping.
    Personnellement, je ne suis pas fan de ces méthodes, qui demandent beaucoup de temps pour analyser un problème, rendent les processus mentaux trop automatiques et peu créatifs et fonctionnent plutôt avec des profils visuels (le V du VAK de la PNL).
  3. le conflit fait peur.
    Le conflit n’est pas quelque chose de négatif. Le conflit est une façon intime d’interagir avec les autres, elle révèle une partie de nous-même.
    Au début, j’avais peur des conflits parce que je n’avais pas l’habitude. La peur disparaît avec la pratique.

Je pense qu’être simplement honnête et exprimer mon besoin simplifie énormément les interactions, et améliore le respect de moi-même et des autres.

Je m’en fous en psychologie

En fait, la requête est « je m’en fou en psychologie », joli lapsus !
J’ai beaucoup parlé de motivation sur mon blog, je ne vais pas revenir sur la motivation.
La difficulté de chacun est de trouver ce qui le motive. Ce n’est pas quelque chose de simple à découvrir.
La motivation première est une motivation de « faire »: qu’est-ce que je veux faire ? Qu’est-ce que je suis capable de faire ? Qu’est-ce qui me fait plaisir ?
Curieusement, beaucoup de personnes se sentent démotivées, mais sont capables de dire ce qu’elles veulent faire, ce qui signifie qu’elles ne sont pas satisfaites par ce qu’elles font.
Une technique efficace est d’imaginer que je vais mourir dans 6 mois: qu’est-ce que je veux avoir accompli avant de mourir ?
La seconde motivation est une motivation d’être: qu’est-ce que je suis ? Comment puis-je devenir ce que je suis réellement ? Comment puis-je être heureux ?

L’honnêteté demande du temps

Malheureusement, être honnête demande beaucoup de travail sur soi.
Mes premiers moments d’honnêteté m’ont demandé un courage fabuleux, mais m’ont aussi fait sentir à quel point cela simplifiait ma vie.
Le plus difficile à accepter est d’abandonner le désir de se faire aimer.
Tout le monde veut être écouté, apprécié, aimé, et est malheureux quand cela n’arrive pas.
Accepter de ne pas être écouté, apprécié ou aimé a été difficile pour moi, mais en devenant plus honnête, je suis curieusement beaucoup plus écouté, apprécié ou aimé.

Dois-je me mettre en désaccord avec moi-même pour plaire aux autres ?

Houla, je commence à aller vers le courrier du cœur.
La question telle qu’elle est formulée implique que je cherche à plaire aux autres, ce qui indique que je ne me plais pas à moi-même. Je cherche à confirmer que je suis quelqu’un de plaisant parce que j’espère que les gens autour de moi vont me le dire.
Entre nous, ça ne fonctionne jamais, et cela ne fait que répéter un comportement acquis lors de l’enfance: je cherche l’approbation ou l’admiration de mes parents.

Enfin, je suis intimement persuadé qu’il ne faut jamais se mettre en désaccord avec soi-même, autrement dit qu’il ne faut pas se forcer.
Si je me force, l’effort que je vais fournir ne sera pas durable parce qu’il va me fatiguer, et je vais juste me sentir mal à moyen terme, ce qui va entraîner du stress et un sentiment de mensonge intérieur. A long terme, je peux même développer un cancer.
J’ai appris à arrêter de lutter contre moi-même, ce qui a entraîné le fait d’arrêter de lutter contre les autres.
Si j’arrête de lutter contre les autres d’abord, je crée un sentiment de rejet de moi-même, et cela entraîne de la dévalorisation puis de la dépression.

L’effet Zeigarnik pour obtenir de l’argent

Encore une curieuse demande !
Franchement, l’effet Zeigarnik n’est là que pour mieux organiser ma propre façon de travailler.
L’argent découlera du résultat de mon travail.
Comme je l’ai déjà dit, il ne faut pas se focaliser sur le résultat, mais sur la façon de faire.
Quand je me focalise sur le résultat, je vais me mettre à bâcler à certains moments, parce que je vais accepter une qualité moindre.
Regardez le modèle chinois: il n’y a que le résultat qui compte, ce qui fait que la qualité est déplorable !
Si je me concentre sur la façon de faire (la qualité), je serai fier de ce que j’ai fait, j’aurai de la satisfaction même si le résultat final n’est pas à la hauteur.
Si je me concentre sur le résultat, tous mes efforts dépendront du résultat, et si cela échoue, ma confiance en moi diminuera et le doute s’installera.

Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège du perfectionnisme !
L’agilité nous rappelle la loi de Pareto: 20% de l’effort donnera 80% du résultat. Où sont ces 20% d’efforts utiles ?
Si l’argent est un objectif essentiel, essayez les métiers qui transitent autour de l’argent: banque, bourse, etc…

Harcèlement

J’ai beaucoup de requêtes sur le harcèlement, notamment sur la psychologie du harceleur.
Je crois que j’ai tout dit, et je ne vais pas m’étendre plus sur le sujet.

La créativité

Beaucoup de requêtes sur la créativité, je vais essayer de publier ma deuxième présentation sur la créativité plus tard.
Ah, un point: l’expertise ne tue pas la créativité !
Je ne peux pas être créatif dans un domaine dont je ne suis pas expert.
Ce qui tue la créativité, c’est le sentiment de certitude, le manque de remise en question.

Comment transformer la motivation extrinsèque en motivation intrinsèque ?

Voici une question intéressante, mais la réponse est: on ne peut pas directement !
La seule façon que j’ai vérifiée est de trouver quelque chose qui me fasse plaisir ou qui donne du sens à mon travail.
Il y a toujours une petite partie de notre travail qui nous intéresse (et une grosse partie qui nous gonfle), il suffit d’accorder plus d’importance à ce qui nous intéresse.

Changement de caractère et crise existentielle

Ayant expérimenté moi-même plusieurs changements profonds, je peux affirmer que de grands pans de notre personnalité se révèlent avec le temps.
Chaque jour, je change un peu, mais ce changement est imperceptible parce que minime.
Mais sur une année (ou même moins), le changement peut être considérable !
Accepter ce changement n’est pas facile, mais le refuser amène forcément à un conflit intérieur, ce que certaines personnes appellent « crise existentielle ».

Les émotions

Beaucoup de requêtes sur les émotions, quand elles sortent ou quand elles sont réprimées.
Malheureusement, la société française actuelle favorise la répression des émotions, alors forcément quand elles sortent, elles sont d’une violence démesurée.
Ce n’est pas évident d’exprimer la colère ou la tristesse de manière saine.
Si vous sentez que vous devez sortir vos émotions, je recommande la technique Gestalt de la chaise vide: asseyez-vous en face d’une chaise vide, imaginez un interlocuteur virtuel et exprimez ce que vous voulez dire à cette personne.

Cherche facilitateur groupe de parole

Si vous avez besoin d’un facilitateur, je suis disponible pour des missions de courte durée sur la région parisienne !
Mon email: jcmeyrignac@gmail.com

La peur fait-elle partie des émotions ?

Oui et non. Les émotions et la peur sont des réactions à des stimuli extérieurs.
La différence entre les émotions et la peur est que je ne dois pas céder à ma peur, alors que je dois me laisser aller à mes émotions.

Es-tu capable de ne pas être capable ?

Oui, j’en suis incapable.
Désolé, mais la philosophie ne m’intéresse pas, parce que c’est juste de la branlette intellectuelle.
Arrêtons les grandes théories, et soyons plus pragmatiques !
De plus, ma première note en cours de philosophie fût un zéro, je n’oublierai jamais.

La chose concrète la plus importante dans la vie

Très simple: moi-même !
Chacun ne pense qu’à soi-même, et il faut une psychanalyse pour s’en rendre compte et l’assumer.
J’adore la blague:

  • J’ai suivi une psychanalyse parce que j’avais honte de faire pipi au lit
  • Tu es guéri ?
  • Non, mais maintenant j’en suis fier !

En fait, la chose la plus importante est le bonheur, mais en presque 50 ans, je n’ai croisé qu’une ou 2 personnes qui cherchent le vrai bonheur !

Pourquoi je ne sais pas mettre de mots sur mes émotions ?

Parce que cela s’apprend !
Décrire ses états intérieurs est difficile à faire parce qu’il faut trouver quelqu’un qui soit assez patient pour nous écouter.
La psychanalyse est la meilleure méthode pour apprendre cela, mais cela coûte cher.

J’ai abandonné ma copine

Je vous disais que je faisais courrier du cœur !
Heu, je n’ai pas de réponse simple, il faudrait creuser les processus mentaux mis en œuvre pour localiser les peurs et ensuite les affronter.

Motivation vaisselle

Je n’ai pas de technique pour cela, je préconise un lave-vaisselle.

Faire vivre des émotions fortes à mon interlocutrice

Evitez les menaces physiques, et essayez les attractions foraines !

Besoin de rien, envie de toi (psychologie)

Hé, il ne faut pas rêver ! L’amour ne suffit pas.
En France, il faut travailler ou avoir des parents fortunés pour subvenir à ses besoins.

Supporte plus ma femme mots croisés

Etant champion de mots croisés, je vois mal où est le problème ?

Des conseils pour arrêter de fréquenter des prostituées

Oui, c’est une vraie requête pour tomber sur mon blog !
Il vaut mieux aller voir des prostituées que de réfréner ses pulsions sexuelles.
Il y a peut-être un déséquilibre dans votre vie, par exemple trop de travail, ce qui entraîne un phénomène de compensation ?

Est-ce que les mots mêlés servent à quelque chose intellectuellement ?

Non, mais ils permettent d’oublier momentanément son monologue intérieur !

J’ai fait un burn-out en Chine

Bienvenue au club des burn-outés !
Le burn-out est assez rare, parce que la majorité des individus ont un entourage qui les protège, mais c’est une expérience qui permet de trouver du sens à sa vie.

Comment déceler qu’une personne est masochiste ?

Hélas, il n’y a pas de méthode simple.
En général, ceux qui sont obnubilés par le pouvoir ont des tendances sadomasochistes (sadiques en public, et maso en privé).
Certaines personnes fortement éduquées (« dressées ») agissent comme des masochistes (ce fut mon cas).

Je suis forte sans croyances

Ceci est une croyance: la force ou la faiblesse sont des croyances.

Je dois consulter un psychanalyste, mais je n’ai pas les moyens

Allez voir votre docteur généraliste, qui vous fera une ordonnance pour un psychiatre/psychologue, qui sera pris en charge par la Sécurité Sociale.
Attention, la psychologie en face à face est moins efficace qu’une psychanalyse. Les processus mis en œuvre sont totalement différents !

15 ans de psychanalyse, est-ce trop ?

Pas pour votre psychanalyste !
Cela peut être un investissement, parce que j’ai entendu dire qu’au bout de 7 ans, vous pouviez devenir psychanalyste.
Au bout de 3 ans, j’ai compris que la psychanalyse ne permettait que d’assumer ce que j’étais, et que creuser plus n’amenait que plus de moi-même.
Essayez la sophrologie caycédienne (je peux vous donner une bonne adresse sur Paris 18ème), le yoga ou la méditation, qui vont vous permettre d’aller plus loin.

Le sentiment de devoir toujours prouver

C’est ce que j’appelle une « mauvaise habitude » héritée de quand on était petit.
Comme toute habitude prise depuis longtemps, il faut beaucoup de temps pour s’en débarrasser.

Un homme qui a une obsession sexuelle et qui n’arrive pas à me faire l’amour

Il est trop focalisé sur lui-même et sur son désir. Dans l’acte sexuel d’amour, l’essentiel est de se focaliser sur l’autre.

Conclusion

Si après tout cela, je n’ai pas 1000 visiteurs par jour, c’est à désespérer des techniques de SEO !

Publicités

10 réflexions sur “Un peu de SEO

    • Merci.

      J’avais trouvé certaines requêtes entrantes assez incongrues, je voulais en rire sérieusement dans cet article.
      Je sais que beaucoup de gens lisent mes articles hebdomadaires, je promets que le niveau va continuer de monter 😉

  1. Jean Charles, j’aime bien l’idée ( et je la teste en formation) de remplacer le terme « conflit » qui fait peur, qui induit de l’énergie négative par le terme confrontation (on peut ajouter « constructive »); La confrontation constructive indique que chacun à à poser quelque chose sur la table, à le tenir ( avec courage) et qu’il faut construire ensemble. Le consensus n’est pas nécessaire à la sortie mais au moins les choses ont été posées. La pire étant l’absence de confrontation qui peut générer du conflit.
    A bientôt et merci pour tes billets si personnels.

    • Bonjour Juliette,

      Tu as tout à fait raison !
      Le conflit est un état.
      La confrontation est une action.
      C’est d’ailleurs la meilleure action possible quand il y a un conflit ou une peur.
      Le concept de « confrontation constructive » est intéressant, je le rapproche de la pensée constructive. Cela peut être un outil pour aider les gens à dépasser leurs conflits.

      A défaut de pouvoir changer les gens avec mon blog, j’espère changer leur vision des choses, avec ma perception très particulière.

      Dans mes prochains articles, j’aborde le bonheur, puis la psychologie des patrons.

  2. « Je ne peux pas être créatif dans un domaine dont je ne suis pas expert » écrivez-vous dans cet article. Je comprends ce que vous voulez dire, mais ne partage pas votre opinion. J’illustrerai mon antithèse par un fait personnel : cela fait bientôt 17 ans qu’on me paie pour ma créativité, dans des domaines don je ne suis pas expert. Par exemple, lorsque je mets ma créativité au service de la communication d’un laboratoire pharmaceutique s’adressant à des médecins, je suis le seul dans l’histoire à ne pas être expert du domaine concerné. Mais c’est pourtant moi qui conçoit le message, et il vaut mieux que ce soit moi qui le fasse. Parce que l’expert des messages, c’est moi.
    J’ai l’intime conviction que la créativité est une faculté transposable quel que soit le domaine, puisqu’il s’agit d’habileté dans le maniement des idées. Tout le reste n’est que technique et spécialisation.

    • Bonjour Pierre,

      Je comprends votre point de vue.
      Je me suis peut-être mal exprimé, mais je pense que vous ne pouvez pas être créatif dans un domaine que vous ne connaissez pas et dans lequel vous n’avez aucun savoir-faire.
      Dans votre cas, vous faites partie d’un groupe, et vous êtes entouré d’experts.
      Mais un groupe de non-experts ne peut pas être créatif, ils vont juste avoir des idées irréalisables.

      Je suis totalement d’accord avec le fait que très peu d’experts sont incapables de communiquer, mais la communication n’est pas de la créativité.
      La communication créative, cela reste de la communication, c’est de la mise en valeur.

      J’avais déjà abordé la créativité dans un précédent article: https://psychologieagile.wordpress.com/2012/04/09/creativite-agile/

      Je suis de votre avis que la créativité est transposable, mais pas parce qu’il s’agit de manipulation d’idées ou de concepts, mais bien parce que les gens restent focalisés sur leur domaine de compétence et ne voient pas en dehors de leur domaine. Le fait d’arriver avec un point de vue fondamentalement différent des autres, c’est cela qui encourage la créativité.

  3. Pingback: Un peu de SEO | Psychologie Agile | Méthodes Agiles et User Experience, Agile-UX | Scoop.it

  4. Très bonne idée, cet article…
    « L’honnêteté demande du temps » : je suis tentée de dire que c’est exactement le contraire. Lorsqu’on est honnête, on est soi-même, on n’a pas de rôle à jouer, on n’a pas à se préoccuper de rester cohérent dans ce rôle qu’on s’est choisi, de ne pas se trahir dans ses mensonges par exemple. Être honnête, c’est gaspiller beaucoup moins d’énergie à essayer de paraître, en étant exactement ce que l’on est, ni plus, ni moins. Cela nous simplifie la vie.

    • Je suis d’accord avec toi: être honnête simplifie toute notre vie, et notamment réduit le flot de pensées.

      Mais pour moi, apprendre à être profondément honnête m’a demandé 20 ans de travail sur moi.
      J’ai dû apprendre à me débarrasser de toutes mes peurs, et surtout arrêter d’imaginer ce que les autres pensent. Ma grande difficulté a été d’arrêter de vouloir me faire aimer, et il a fallu que je commence à m’aimer.

      Depuis que je suis honnête, je suis très maladroit dans mes relations humaines, parce que je suis très direct, et les personnes autour de moi détestent cela.

      Enfin, je tiens à te signaler que l’honnêteté extérieure doit être accompagnée d’une honnêteté intérieure. Quand j’ai commencé à voir ce que j’étais avec mon travail sur moi, ce n’était pas beau à voir. On a tous une image idéalisée de nous-même, et il est très difficile de voir la réalité en face.

  5. Pingback: Un peu de SEO (2ème saison, 1ère partie) | Psychologie Agile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s