Le Stress (première partie)


Pour inaugurer mes articles sur le développement personnel, je vais vous parler du stress.
Le stress a été pour moi un compagnon de longue date, et n’a complètement disparu que récemment.

Je vais partager ici ma méthode, qui va probablement vous paraître très étrange, mais je vous assure que je ne raconte pas de conneries.

Qu’est-ce que le stress ?

La page de Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Stress propose la définition suivante:

Le stress est, en biologie, l’ensemble des réponses d’un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement. Ces réponses dépendent toujours de la perception qu’a l’individu des pressions qu’il ressent.

Il y a ici 2 notions importantes:

  1. les contraintes de l’environnement
  2. la perception de l’individu

Donc je peux faire disparaître mon stress de 2 façons possibles:

  1. en enlevant les contraintes
  2. en changeant ma perception

L’approche extérieure

Je peux éviter les contraintes en fuyant (par exemple en allant ailleurs ou en niant la situation), mais ce n’est pas une solution efficace. J’ai découvert que quand je fuyais une situation, le même problème réapparaissait mais sous une forme différente, plus difficile à résoudre.

L’autre façon d’enlever les contraintes est de négocier, mais je ne vais pas me lancer dans une explication sur comment négocier.

Chacun espère ne pas avoir à se remettre en question et cherche de préférence des solutions extérieures à soi, mais cela ne permet pas de résoudre les problèmes définitivement !

L’approche intérieure

La façon la plus efficace est de changer ma perception.

Malheureusement, changer ma perception est extrêmement difficile, parce que le stress indique justement que je n’ai aucun recul par rapport à la situation.

De nombreuses méthodes proposent des conseils du genre « restez zen », mais ça ne fonctionne pas !
Elles ne fonctionnent pas parce qu’elles font appel à l’intellect, elles proposent simplement de lutter contre nous-même, ou d’analyser intellectuellement ce qui cloche, c’est un peu comme si on demandait à un fou comment guérir de la folie.
Pendant longtemps, j’ai essayé de changer par la volonté, mais je suis comme un roseau, dès que j’arrête l’effort, je reviens à mon état initial: je ne peux pas être quelqu’un d’autre que moi-même.

Je vais donc vous proposer une approche corporelle, sans effort et surtout sans ajouter du chaos mental.

Le corps

Lorsque j’ai commencé mon travail sur moi, je suis allé à la découverte de ce que j’étais.
Comme notre système actuel favorise l’intellect, je m’étais persuadé que seul l’intellect était utile, donc j’avais développé mon mental et j’avais négligé mon corps: j’étais devenu un pur esprit.
Mon premier apprentissage a été de découvrir ce qu’était ce corps, et pas en travaillant dessus de manière extérieure mais de manière intérieure !

L’extérieur du corps

Grosso modo, le corps se compose des différentes parties, de bas en haut:

  1. les jambes
  2. le sexe
  3. le ventre
  4. le plexus solaire, le cœur
  5. les bras, les mains, les organes de préhension
  6. les poumons, le système respiratoire
  7. la gorge, la bouche, l’organe de la parole
  8. les oreilles, l’organe de l’écoute
  9. le cerveau, l’organe de la pensée

Notre culture se focalise beaucoup sur le sexe et sur le cerveau, mais rien sur le reste, ou alors seulement extérieurement.

La visualisation

Je vais beaucoup parler de visualisation dans la suite.
La visualisation, c’est quelque chose de très simple, il s’agit de ressentir un point dans le corps, ou plus exactement de fixer son attention dessus. C’est ce que j’appelle aussi la « prise de conscience ».
Au début, il vaut mieux la faire les yeux fermés, pour ne pas être attiré par l’extérieur, mais avec un peu de pratique, cela se fait les yeux ouverts.
L’important n’est pas de chercher à avoir une image claire, mais de prendre conscience du point visualisé, et surtout de ne pas chercher à raisonner.
La visualisation peut se faire n’importe où, aussi bien dans un lieu calme qu’en plein milieu de son travail. Personnellement, je trouve que la visualisation est plus efficace quand elle est effectuée en pleine action.

Note: il existe des techniques de visualisation de couleurs ou d’utilisation de sons que je n’aborderai pas ici, elles fonctionnent bien si vous êtes visuel ou auditif. Faites un test de VARK pour savoir quel style vous convient le mieux, et je vous pourrais vous donner des techniques spécifiques, mais je ne les pratique pas parce qu’elles fonctionnent plutôt avec les yeux fermés.

En fonction de votre profil VARK, votre perception de la visualisation sera différente. Cela peut être une image si vous êtes Visuel, une vibration si vous êtes Auditif, une sensation physique si vous êtes Kinesthésique, etc…

Les jambes

Pour mes jambes, j’utilise 3 techniques:

  1. je marche consciemment.
    Quand je marche, je me concentre sur ma façon de marcher, l’enchaînement jambe droite/jambe gauche, les mouvements, le rythme, etc… En d’autres termes, je visualise ma marche.
    Curieusement, c’est un exercice qui développe la volonté.
  2. je marche avec les mains croisées dans le dos.
    C’est la technique de Tortue Géniale, dans DragonBall.
    Le principe est simplement de forcer le corps à trouver son équilibre sans utiliser les bras.
    Ce n’est pas si facile de marcher avec les mains dans le dos, parce que le corps est habitué à utiliser les bras comme balanciers.
  3. j’essaye d’être conscient de ma posture quand je m’assieds.
    Très peu de gens font attention à leur corps quand ils s’asseyent.
    Par exemple, croiser ses jambes coupe la circulation sanguine et ferme le corps lors d’une discussion.

Il est important de travailler sur l’équilibre corporel, cela agit sur l’équilibre psychique.
Quand vous pratiquerez ces exercices, vous noterez que vous marcherez moins vite, retrouver un rythme intérieur plus lent réduit le stress.

Le sexe

Le sexe est la zone de l’énergie vitale. J’écrirai un article spécialement sur les techniques sexuelles plus tard.
Le sexe permet de réduire le stress seulement de manière temporaire.

Le ventre

Le stress peut être en grande partie maîtrisé quand on arrive à abaisser le centre de gravité dans le ventre, comme le font les sumos. La grande majorité des personnes ont le centre de gravité en haut du corps, on peut le vérifier en les poussant un peu: ils tombent. Quand mon centre de gravité est situé dans le bas du corps, je ne perds plus l’équilibre, même si je suis fortement poussé.

Pour me recentrer sur mon ventre, j’utilise plusieurs techniques:

  1. j’inspire profondément.
    Une bonne inspiration doit venir du ventre, pas des poumons !
    Quand j’ai le trac, j’inspire profondément jusqu’à ce que mon corps se calme.
    Je recommande la pratique régulière de la respiration consciente (cf la marche ci-dessus).
  2. je visualise le « hara », appelé aussi hypogastre.
    Le « hara » est un point situé 3 doigts en dessous du nombril et à l’intérieur du corps, et c’est le seul point du corps qui ne bouge pas quand on respire (tout le reste bouge).
    Quand je visualise ce point pendant quelques secondes, je retrouve le centre de mon corps.
    Si vous n’arrivez pas à visualiser ce point, mettez vos mains sur cette zone du corps, fermez les yeux, et ressentez le point à l’intérieur.
  3. j’avale des aliments qui me conviennent.
    Dans le livre « Tout vient du ventre (ou presque) » de Danièle Festy, l’auteur indique que seulement 7.5% de sportifs n’ont aucune intolérance alimentaire.
    30% sont intolérants à 1 aliment, 15% à 2 aliments, 22.5% à 3, 10% à 4, 12.5% à 5, et 2.5% à 8 !
    Personnellement, je suis intolérant au gluten (j’ai des symptômes pendant 4 jours après l’ingestion de gluten), au lactose (2 heures de symptômes), à la viande rouge, etc…
    Et vous, connaissez-vous ce qui est mauvais pour vous ?
  4. je me masse le ventre.
    J’ai vu des techniques pour masser les organes internes en appuyant sur le ventre, mais je trouve ça un peu violent.
    Allez-y doucement ! Est-ce que vous avez mal quand vous massez votre ventre ?

Un ventre en bonne santé n’est ni trop mou ni trop dur.

Conclusion

S’ajouter des contraintes mentales, comme « rester zen » ou « prendre du recul », introduit encore plus de stress.
Utiliser le corps comme référentiel permet de désamorcer les processus intellectuels qui nous polluent.

Essayez les techniques que je vous ai présentées, elles fonctionnent vraiment !

Je continuerai l’énumération du corps et les techniques dans le prochain article.

Publicités

3 réflexions sur “Le Stress (première partie)

  1. Dans mon art martial russe (systema), on a fait des massages du ventre. Cela peut paraître « violent » et surtout douloureux au début mais tout est une question de respiration et d’apprendre à se décontracter.
    Moins on a de stress et donc de tensions internes, plus c’est indolore 🙂

    Pour la marche, il y a des exercices de décontractions avec la respiration et il y a aussi que c’est le genoux qui doit entraîner le mouvement et non le genoux. Marcher un peu flechi sur les genoux est aussi un très bon exercice. Sinon oui clairement toujours garder une structure du dos droite 🙂

    Sinon comme d’habitude un article très sympa et qui ressort dans le paysage des blogs « logiciel » 😀

    • Je crois que le lien de la vidéo sur le massage du ventre vient du systema. Je suis toujours impressionné par la façon de le faire, j’en suis bien incapable.

      Pour les genoux, je ne peux pas les plier facilement, j’ai les pieds plats et des problèmes de dos, donc tout exercice physique est douloureux pour moi, alors je me ménage.

      Attends de voir ce que je vais écrire sur les techniques sexuelles 😉

  2. Pingback: Le Stress (nouvelle approche) | Psychologie Agile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s