Comment changer ?


J’avais déjà écrit un article il y a un peu plus d’un an sur le changement, mais mon point de vue a beaucoup changé depuis.

Aujourd’hui, je vais d’abord expliquer comment la recherche des valeurs intérieure et extérieure influe sur le changement, ensuite j’expliquerai comment fonctionne le processus de changement et enfin je proposerai quelques approches pratiques.
J’aborde ici le processus de changement humain, pas organisationnel.

Changement et valeur intérieure

Je veux prouver que j’ai une valeur intérieure, donc je cherche à avoir une bonne image de moi-même.
Alors je cherche à devenir l’image idéale que j’ai de moi-même.
Cela peut être une image de réussite professionnelle, comme devenir mon propre patron ou gagner beaucoup d’argent, ou alors une image de réussite personnelle, comme avoir une grande famille ou faire le tour du monde.

Ha, comme j’aimerais devenir ce « moi » idéal, malheureusement j’en suis loin.
En fait, je suis très habitué à ce que je suis parce qu’il m’a fallu pas mal d’efforts pour arriver à cet état, alors je veux bien changer, mais pas trop quand même…
Comment devenir ce que j’aimerais être ?

Changement et valeur extérieure

Je veux prouver que j’ai une valeur extérieure, donc je cherche à projeter une bonne image de moi extérieurement.
Alors je crois que je peux changer en fournissant des efforts, avec de la volonté.
Regardez: un régime ne me fait pas peur et je peux arrêter facilement de fumer !
J’aime montrer que j’en veux, que j’ai de l’ambition et que je suis capable de réussir socialement.
Tout n’est qu’une question de volonté et d’efforts !

Il est vrai qu’au bout de 2-3 mois, tous ces efforts me pèsent un peu, alors je me relâche.
Dès que j’arrête, mes anciennes habitudes reviennent, comme fumer ou grossir, alors je culpabilise parce que ma volonté n’est pas assez forte.
Je cherche ensuite des moyens de tenir (dopants, croyances, religion, thérapie, sexe, etc…).
Ca avait l’air pourtant si simple quand j’ai commencé mes efforts, pourquoi ça ne fonctionne pas ?

Changement et volonté

Pourquoi est-ce si difficile de changer ?
Il y a quelques années, je croyais naïvement que le changement était une question de volonté, et que je pouvais devenir ce que je voulais: je peux changer si je le veux de toutes mes forces.
En fait, ceci est une grosse erreur:

le changement n’a rien à voir avec la volonté !

J’ai passé plus de 40 ans de ma vie à vouloir changer de manière volontaire, mais je change réellement depuis que je ne me fais plus violence.
En fait, plus je veux changer, et moins je vais y arriver, parce que j’espère changer dans une direction, mais le changement va dans n’importe quelle direction.

Changement et habitudes

J’ai aussi cru que je pouvais changer en acquérant de nouvelles habitudes.
L’idée est de changer incrémentalement en intégrant des petites habitudes pour avoir moins d’efforts à fournir.

Malheureusement, intégrer une habitude ne permet pas de changer.
Oh, c’est sûr, je peux intégrer une ou deux habitudes, mais elles ne vont pas révolutionner ma façon d’être.
Elles vont juste venir compliquer mon système, alors que j’aurais plutôt besoin de simplicité.

Changement et méthodes

J’ai aussi cru que je pouvais changer en utilisant des méthodes, et c’est un peu l’idée de base des régimes et de Scrum.

Le problème est que dès qu’il y a effort, il faut le maintenir.
Dès que j’arrête, je reviens à une situation pire qu’avant.

En fait, tant que je fournis un effort, je ne change pas, je suis juste en train de croire que je change.
Et je fournis souvent plus d’efforts pour me convaincre de mon changement que pour changer réellement.

Qu’est-ce que le changement ?

J’ai commencé à observer sérieusement mon processus de changement il y a quelques mois, et je vais vous expliquer comment ça fonctionne.

Le changement est un processus naturel, il est spontané et sans effort.
Nous changeons tous à chaque instant, tout le temps et sans nous en rendre compte.
Nous ne pouvons pas percevoir notre propre changement, ce sont les autres qui peuvent le voir.
En fait, ce qui est crevant, ce n’est pas de changer, c’est de rester dans un état « stable », parce que la stabilité n’est pas un état naturel.

Par exemple, je vieillis à chaque instant, et si je veux ralentir ce vieillissement, ça va me coûter très cher.
C’est la même chose pour le travail: chaque tâche est nouvelle, mais j’essaye toujours de rapprocher ces tâches à des situations que je connais, parce que je ne veux pas avoir d’imprévus.
D’ailleurs, les individus qui essaient de systématiquement retomber sur des cas qu’ils connaissent sont très peu créatifs, ils ont l’impression de garder le contrôle mais rien de nouveau ne paraît.

Comment changer ?

En fait, j’ai compris que je ne pouvais pas me forcer à changer.
Comment changer alors ?

Tout simplement en arrêtant de refuser le changement !

Quelques approches

Il n’existe pas de « technique » pour changer, mais je vais quand même vous proposer quelques approches:

  1. Première approche: je réalise que je ne veux pas changer.
    En fin de compte, ma situation est assez confortable même si elle a quelques inconvénients.
    Est-ce que je peux oublier l’image idéalisée de moi-même et m’accepter tel que je suis ici et maintenant ?
  2. Deuxième approche: je prends conscience de ce que je refuse dans ma situation, sans rien chercher à changer.
    Tout processus de changement commence nécessairement par le fait d’accepter la situation telle qu’elle est.
    Le plus souvent, le changement va remettre en cause ma perception de la réalité. Ma perception sera toujours plus facile à changer que la réalité.
    Si un de mes proches décède, je peux pleurer tout le reste de ma vie, ou alors décider d’accepter ce qui arrive et continuer de vivre sans culpabilité.
  3. Troisième approche: je fais le contraire de ce que je fais d’habitude, afin de découvrir ce qui ne me demande pas d’effort.
    Le changement est un processus sans effort, alors pourquoi est-ce que j’en fournis ?
    Parfois, ce que je fais me demande beaucoup d’efforts et je ne m’en rends pas compte parce que j’en ai pris l’habitude.
    Par exemple, si je me sens obligé d’être gentil avec les autres, et que j’en souffre, ça vaut le coup d’essayer d’être moins gentil, jusqu’à trouver la bonne attitude qui ne demande aucun effort: ni gentil, ni méchant, juste moi.
  4. Quatrième approche: je laisse tomber tout contrôle, j’arrête de résister.
    Comme je l’ai dit précédemment, ce qui me demande de l’effort est mon désir de garder le contrôle.
    J’ai expliqué ce qu’il y a derrière ce contrôle: le désir d’avoir une bonne image de moi, sans corrélation avec la réalité.
    Mais, qu’est-ce que je contrôle réellement dans ma vie ?
    Pas mon passé, parce que c’est déjà trop tard, mais je peux enjoliver mes souvenirs.
    Pas mon avenir, parce que je peux mourir à chaque instant, je ne sais vraiment pas de quoi demain sera fait. Prier pour un meilleur futur ou aller voir une voyante ne servent à rien !
    Un petit peu mon présent, et encore ! Ce qui me fait souffrir est tout ce sur quoi je n’ai pas de contrôle: mes interactions avec les autres et ma situation actuelle.
    En regardant au fond de moi, je vois bien que je ne contrôle pas mes émotions ni mes pensées.
    En fin de compte, qu’est-ce que je contrôle ?
    Seulement ce que je fais ici et maintenant.
    Arrêter tout contrôle est quelque chose de très libérateur.

Conclusion

En fait, je voulais vous expliquer que nous changeons naturellement tout le temps et sans effort.
Alors pourquoi résister au changement ?
Pourquoi continuer à faire comme d’habitude quand vous voyez que ça fait juste mal ?

Comment faire pour que l’avenir s’améliore ?
Rien ne peut amener l’avenir à s’améliorer, il faut juste accepter ce changement permanent, et surtout voir pourquoi nous le refusons.
Parfois, le changement nous arrange, mais la plupart du temps, il nous dérange parce qu’il nous met dans une situation que nous voulions éviter.

Commencez par accepter votre situation actuelle et laissez tomber votre image idéale de vous-même, le changement viendra tout naturellement ensuite.

L’air de rien, je vous ai fait une introduction avancée au bouddhisme et à la religion, bien que je ne sois ni bouddhiste ni croyant.

Publicités

2 réflexions sur “Comment changer ?

  1. Votre article ma beaucoup touché car je me retrouve exactement dans la première partie, penser que des efforts et de la volonté vont faire de moi l’homme idéal que j’aime à me faire miroiter. Cependant j’ai un mal de chien à accepter et comprendre votre  » laisser faire le changement  » ! Pour moi, cela veux dire laisser la porte ouverte à tous les travers que je tente de réprimer. Pour moi cela veut dire que je n’ai pas d’espoir de faire de ce que je suis quelqu’un dont je pourrai être fier et que je doit laissez faire le hasard, même si il me conduit à ma perte. Cela me parait aberrant, je pense donc avoir mal interprété vos propos, si c’est le cas, corrigez moi.

    • Vous avez bien compris ce que j’ai écrit, mais vous trouvez cela contradictoire parce que votre angle de vision n’est pas correct.
      Je vais essayer d’interpréter votre question, en espérant ne pas trop tomber à côté:

      1. « je tente de réprimer »: vous êtes trop englué dans le désir d’être quelqu’un d’autre que vous même, ce qui explique que vous réprimez votre personnalité.
        Vous avez peut-être de la colère qui n’ose pas sortir, vous devriez essayer d’être plus naturel et honnête avec vous même.
        Bien évidemment, cela risque de faire un choc aux personnes autour de vous, parce que vous ne leur avez jamais montré qui vous êtes vraiment.
        Allez-y doucement quand même, je ne suis pas responsable de vos actions.
      2. « tous les travers que je tente de réprimer »: quand je parle de changement, je ne parle pas de pulsions ou d’émotions. Le changement, c’est ce qui vous arrive, pas ce que vous faites. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, le changement ne viendra pas de vos actions, mais indirectement de leurs fruits.
        Ca me paraît évident mais c’est compliqué à expliquer.
      3. « laisser faire le hasard »: je crois que l’univers est une gigantesque partie de billard avec des milliards de boules qui s’entrechoquent, et chacun de nous a une queue de billard et tape au hasard. Je crois que tout ce qui nous arrive de bien est de la chance et tout ce qui nous arrive de mal est de la malchance.
        Enfin, je ne crois pas qu’on puisse contrôler ce qui nous arrive, mais on peut quand même filtrer un peu pour éviter les merdes.
        En attendant que la chance se manifeste, faites quelque chose qui vous plaise et qui a de la valeur pour vous, avec un peu de chance cela aura de la valeur pour d’autres.
      4. « je pourrai être fier »: n’êtes-vous pas fier de ce que vous êtes déjà ? Ne percevez-vous pas votre valeur intérieure ?
        Avez-vous tant besoin de faire confirmer votre valeur extérieure par d’autres ?
        Cherchez votre valeur intérieure, et oubliez un peu le regard des autres !
      5. « s’il me conduit à ma perte »: qu’est-ce qu’il y a à perdre ? Un statut, un salaire, une image de soi ? Ce n’est pas si grave.
        Peut-être que votre image de vous-même est très éloignée de votre image réelle ?
        Demandez à vos proches ce qu’ils pensent vraiment de vous, ils connaissent probablement déjà ce que vous essayez de réprimer.
      6. « l’homme idéal »: je vous trouve très exigeant avec vous même, ce qui explique que vous croyez encore dans le contrôle.
        Essayez d’être plus indulgent avec vous-même, soyez moins « parfait » mais en évitant de faire n’importe quoi, et regardez ce qui se passe, ça ne devrait pas changer grand-chose, à part que vous serez moins stressé. Le stress vient de l’attente: si l’attente disparaît, le stress disparaît aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s