Quelques nouvelles


J’avais proposé une conférence sur la « Psychologie Agile » à l’Agile Tour 2014, et je viens juste de recevoir la confirmation qu’elle a été acceptée.
Donc si ça vous intéresse de me rencontrer et de discuter avec moi, je vous conseille d’aller à l’Agile Tour 2014 à Paris, le 26 novembre:
http://at2014.agiletour.org/fr/paris.html

N’hésitez pas, c’est gratuit !

Voici le programme complet:
http://at2014.agiletour.org/programme_paris.html

Sinon, je passe tout mon temps libre sur un concours de programmation:
http://azspcs.net/Contest/DelacorteNumbers/Standings
Je fais équipe avec Mark Mammel, et nous sommes dans les premiers, mais qu’est-ce que c’est difficile !

Vivement la retraite ?


En ce moment, je suis très sollicité par la vie réelle, ce qui explique pourquoi je n’ai plus posté d’article depuis un certain temps.

Comme je voudrais vous expliquer les mécanismes intérieurs, j’ai décidé de décrire une petite partie de ce que je vis (la moins difficile à vrai dire).

Ma mère

Ma mère, qui a 87 ans, est tombée chez elle pour la quarante-septième fois.
Sa dernière chute l’a rendue complètement dépendante. Elle ne peut plus vivre seule et je l’ai accompagnée en maison de retraite cette semaine.
J’avais commencé à noter sa dégradation mentale depuis 2 ans, quand elle avait failli y rester à cause d’une hypothermie quand elle est restée 10 heures par terre.
Ma mère rêvait de finir ses jours chez elle, et bien c’est raté.

Mon frère

Curieusement, l’état de ma mère nous a rapprochés mon frère et moi, parce que je dois m’occuper de notre mère.
Je dois avouer que nous ne nous entendons pas, lui et moi.
Nos parents nous avaient toujours mis en concurrence.

Et après toutes ces années, il continue encore à essayer de se prouver qu’il est supérieur à moi, et le pire, c’est qu’il n’en est probablement même pas conscient !

Chaque fois que je le vois, il me parle de son travail de magistrat administratif.
Et il s’est occupé de ce dossier important, et il bosse tout le temps, et il n’a jamais de temps, et…
Quand je lui demande s’il a quelque chose d’autre que le travail dans sa vie, ha ben non, rien.
Dommage, je ne parle jamais de travail !

Mon frère et notre mère

Comme je l’ai dit plus haut, j’étais témoin de la dégradation mentale de ma mère depuis 2 ans.
Mais mon frère, lui, n’a rien vu !
Il continuait de lui parler comme si elle comprenait tout ce qu’il lui disait.

Et patatras, il y a deux semaines, il a réalisé que notre mère perdait la mémoire des événements récents.
Ca l’a tellement ébranlé qu’il en était bouleversé.
Pour le rassurer, je lui ai dit que notre mère finirait par nous oublier complètement, donc le fait qu’elle oublie les événements récents n’était pas très grave en fin de compte.
Et j’ai même ajouté que le fait qu’elle perdait la mémoire lui rendrait le séjour en maison de retraite tout à fait supportable.

Et maintenant, les mécanismes intérieurs

Le premier mécanisme est le fait que mon frère essaye toujours de se valoriser, ce qui est un signe flagrant de manque de confiance en soi.
En réalité, il essaye de réaliser le rêve de ma mère: devenir un fonctionnaire important.
Le problème, c’est que c’est le rêve de ma mère, mais est-ce vraiment son rêve à lui ?
Que va-t-il se passer quand ma mère va mourir ?
Est-ce que tout ce qu’il a fait jusqu’à présent continuera à avoir du sens ?

Le second mécanisme est le mécanisme de deuil.
Rappelez-vous les différentes étapes du mécanisme de deuil: déni, colère, négociation, tristesse, abattement, résignation et enfin acceptation/lâcher-prise.
Il y a 2 semaines, mon frère se trouvait au niveau du déni.
Il vient juste de passer au niveau « tristesse », ce qui est une grande avancée.

Très honnêtement, le plus dur reste à venir: l’acceptation me semble lointaine.

Personnellement, j’ai déjà vécu ces étapes quand mon père est mort alors que j’avais 18 ans.
J’ai mis 10 ans à accepter sa mort parce que je tenais tellement à réaliser les rêves de mon père.

Conclusion

Ce n’était pas une histoire très amusante, mais un constat sur nos propres motivations.

Je comprends bien les rêves et les attentes de mes parents, mais quels sont mes rêves en fin de compte ?
La réponse est très simple: mes rêves sont tout ce qui me plaît !

Pour qui faisons-nous ce que nous faisons actuellement ?
Pour nous-même, au risque de passer pour de sales égoïstes ? Mais qui s’en soucie ?
Ou pour les autres, pour leur faire plaisir ou les épater au risque de nous perdre nous-même ?