Retour sur l’Agile Tour 2014


J’étais très content de participer à l’Agile Tour 2014, et je tiens à remercier encore une fois les organisateurs de m’inviter chaque année, étant donné que mes sujets sont plutôt étranges.

Si vous avez assisté à ma présentation, j’espère qu’elle vous a amusé et surtout qu’elle vous sera utile.

En l’occurrence, j’ai parlé des différentes étapes du changement, et surtout comment s’y prendre pour changer les individus.
Je mettrai la vidéo en ligne dès qu’elle sera publiée.

J’ai eu quelques retours intéressants.

Le premier est que plusieurs personnes m’ont demandé si j’avais simulé le trac au début.
En fait, j’avais beaucoup préparé le début de ma présentation, mais j’ai tout perdu en 2 secondes face au public.
Du coup, il ne me restait plus rien pour commencer.
Il m’a fallu 2 bonnes minutes pour lâcher prise.
Toute la présentation était improvisée.

Le second retour est que certains individus sont venus me voir et ont compris que ma présentation dépassait le cadre de l’agilité.
Notamment, ils ont compris qu’ils avaient eux-même des problèmes à accepter le changement dans leur vie, ce qui était le vrai but de ma présentation.

Le troisième retour était une question: pourquoi je ne fais pas d’atelier pour coacher des coachs agiles ?
Ma réponse est:

  1. je suis très passif par rapport à ce qui m’arrive, je ne cherche pas à vendre quoi que ce soit mais plutôt à partager mes expériences malheureuses mais enrichissantes… et j’en ai des tonnes !
    Si vous êtes intéressé par une présentation ou un atelier, contactez-moi. Je serai ravi de vous présenter un sujet de développement personnel, lié ou non à l’agilité.
  2. je ne suis pas particulièrement attiré par le monde de l’entreprise mais plus par les mécanismes humains intérieurs, je suis probablement trop excentrique.
  3. je m’intéresse de moins en moins à l’agilité et de plus en plus à la spiritualité. Je me sens plus proche d’Eckhart Tollé (bien que je ne sois pas d’accord avec son approche) que de Jeff Sutherland !
  4. je fais ça pour m’amuser et pour communiquer des leçons de vie. Je ne fais jamais 2 fois la même présentation. Si je faisais ça toute l’année, cela perdrait beaucoup en force. Pour information, je suis HS pendant 24 heures après une présentation.

Mes prochains articles vont vous sembler très étranges parce que je vais présenter l’Advaïta Védanta telle que je la pratique depuis 3 ans, ça va vous faire un choc.
Très honnêtement, c’est la seule chose qui m’intéresse en ce moment, à part le fameux concours de programmation d’Al Zimmerman

Conférence: le changement


Mercredi 26 novembre, je tiendrai une conférence à l’Agile Tour Paris 2014:
http://at2014.agiletour.org/fr/paris.html

Si l’agilité vous intéresse, je vous recommande cette journée, d’autant plus chaudement que c’est gratuit !

Pour ma part, je vais présenter ce qu’est le changement intérieur, les différents mécanismes, comment se produit le changement, comment on peut changer, etc…
http://at2014.agiletour.org/fr/programme_paris.html

Ma conférence sera plutôt focalisée sur le développement personnel (mais l’aspect pratique pour l’agilité devrait être direct) et je viendrai partager mon expérience des mécanismes intérieurs.
Si vous désirez mieux vous connaître, cette conférence devrait vous être très profitable parce que je réserve quelques surprises.

Je serai filmé, aussi je posterai la vidéo sur ce blog dès qu’elle sera disponible.

La vie sans gluten


Aujourd’hui, un article très personnel: je vais vous parler de régime sans gluten, ce qui me permettra d’aborder le changement intérieur.

Le régime sans gluten est connu comme le « régime des stars » parce que plusieurs célébrités le pratiquent, notamment les champions de tennis Novak Djokovic et Andy Murray.

Contexte

Il y a 3 ans, ma femme m’a conseillé de regarder un documentaire à la télé sur le gluten.
Le documentaire était intéressant, et comme j’étais dans un état de fatigue permanent, nous avons décidé d’éviter le gluten pendant quelque temps, afin de voir ce qui allait se passer.

La corvée des courses

La première difficulté est apparue lorsque je suis allé faire les courses: il fallait lire toutes les étiquettes, ce qui prenait un temps fou: il faut éviter farine, dextrose, etc…

Triste constat: la majorité des produits industriels contient du gluten !
Il y en a dans le pain, les gâteaux, les pâtes, les pizzas, la farine, mais aussi la sauce soja (qui est faite avec du blé), la bière (orge), tous les plats préparés, tout ce qui est pané, les bonbons gélifiés (farine), etc…

Une semaine plus tard

Au bout d’une semaine de régime sans gluten, je me suis mis à péter pendant toute une nuit sans discontinuer.

Et le matin, miracle: j’avais perdu 2 tours de taille !
Je flottais dans mes chemises habituelles, et malheureusement, je venais récemment de jeter les anciennes chemises qui ne m’allaient plus.

Le confort de vie

A partir de là, tout s’enchaîne: plus de sentiment de fatigue et d’oppression constante, meilleur contrôle de mes émotions et surtout disparition des symptômes de la colopathie fonctionnelle.

Voici les symptômes qui apparaissent quand j’ingère du gluten par mégarde:

  1. au bout de 20 minutes, des ballonnements
  2. ensuite des diarrhées fréquentes
  3. dermatite herpétiforme sur la poitrine
  4. inconfort corporel, un sentiment diffus de ne pas être bien dans son corps
  5. nervosité entraînant du stress, avec le sentiment que tout le monde veut m’agresser

Ces symptômes mettent 5 jours à disparaître après un régime strict sans gluten.
La dernière fois que ça m’est arrivé, c’est parce que j’avais goûté 2 bonbons gélifiés pour Halloween, donc la leçon est retenue.

Mon corps réagit mal au lait de vache: j’ai les mêmes symptômes qu’avec le gluten mais pendant seulement 30 minutes.

Le business du sans-gluten

D’un côté, les industriels du blé disent que c’est bon pour la santé, et de l’autre les industriels du sans-gluten vendent leurs produits excessivement chers.

En fait, ce qui coûte vraiment cher, c’est d’acheter des produits sans gluten qui copient les produits avec gluten, comme le pain et les gâteaux, qui sont 4 à 5 fois plus chers.

Mes astuces

Personnellement, j’ai remplacé le pain par les galettes de riz et les chips (natures, les chips aromatisées contiennent du gluten !).
Les pâtes sans gluten ne sont pas trop chères mais leur texture est assez différente.

Au niveau restaurant, les fast-foods, les pizzerias, les japonais et les chinois sont bannis.
Pour la nourriture rapide, il me reste les grecs/turcs avec leurs assiettes sans blé (viande/salade/frites), et je recommande personnellement Thaï in Box.

Pas mal de restaurants proposent des plats sans gluten, il suffit de demander la composition des plats.

Le changement intérieur

Malheureusement, dès qu’il y a régime, il y a privation et donc frustration.

Avant, je mangeais beaucoup de pain, de pâtes et de pizzas.
Du jour au lendemain, j’ai dû arrêter.

En fait, j’ai réalisé que j’avais le choix entre 2 situations:

  1. soit je continuais à manger les mêmes choses qu’avant, et dans ce cas, ça me coûterait très cher (allez voir un peu les prix dans un resto sans gluten !) et je serai frustré
  2. soit je devais modifier mon comportement pour m’adapter à ma situation actuelle

Donc j’ai totalement renoncé à l’idée de manger des sandwiches, des pâtisseries, des pizzas ou tous les « plaisirs » nocifs pour moi.
Ce renoncement s’est fait naturellement et sans effort.
Par exemple, passer dans une boulangerie ne me donne pas envie de manger de gâteaux.

Conclusion

Le changement intérieur, c’est simplement accepter la situation et s’adapter, sans chercher à lutter contre ce qui arrive.

Dans mon cas particulier, je dois éviter le gluten, alors il est inutile de continuer à désirer des aliments qui en contiennent.

Pour conclure, je vais partager quelques conseils si l’aventure du sans-gluten vous tente:

  1. le régime sans gluten n’est pas fait pour perdre du poids
  2. si vous ne notez pas de bénéfice au bout d’une semaine, c’est que ce régime est probablement inutile pour vous
  3. si vous avez des difficultés à contrôler vos émotions ou si vous êtes très stressé, essayez ce régime
  4. si vous avez le colon irritable, essayez ce régime, voici un article scientifique
  5. si ce régime fonctionne pour vous, cherchez d’autres allergies alimentaires, notamment le lait, les œufs et le café. Plus le produit est « amélioré » par l’industrie, plus il y a des risques d’allergie

Enfin, si vous suivez ce régime, vous serez obligé d’être à l’écoute de votre corps, ce qui va automatiquement améliorer votre concentration.

Les identifications de base


Depuis quelques mois, je perçois les identifications chez les autres presque instantanément.
Ca me paraît très simple, mais c’est un peu compliqué à décrire, donc je vais plutôt expliquer comment elles se sont mises en place et ce qu’elles sont.
En fait, ça vient de très loin.

A l’origine

A la naissance, je suis vierge de toute identification.

La première identification est « je suis ce corps ».
Quand mon corps bouge, je ressens des sensations.

La deuxième identification est « je suis ma pensée ».
Je peux bouger mon corps en fonction de mes pensées.

La troisième identification vient peu après: « je suis un individu », je suis distinct des autres.

Il n’y a pas d’autre identification, tout ce qui arrive ensuite est une variation de ces 3 identifications de base.

Les 3 identifications

A l’âge adulte, chacun de nous a construit son propre système à partir de ces 3 briques, avec un dosage unique entre ces identifications.
Personnellement, mon système actuel est environ 0% « je suis mon corps », 30% « je suis ma pensée » et 70% « je suis un individu ».

« Je suis ce corps »

Cette identification est décelable dans l’apparence extérieure.
En fait, la majorité des individus que je croise sont obnubilés par leur identification au corps.

Je peux adorer mon corps ou bien le détester, mais cela signifie simplement que j’y accorde beaucoup d’importance.
Ceux qui n’ont pas cette identification n’accordent aucune importance particulière à leur corps.
Si j’aime trop mon corps, je vais avoir peur de vieillir ou de tomber malade.
Si je le déteste, je vais chercher à l’abîmer ou alors à faire de la chirurgie esthétique.

J’ai remarqué que ceux qui sont obsédés par leur corps ont du mal à résister à la frustration.

« Je suis ma pensée »

Cette identification est décelable dans la discussion.
Personnellement, j’ai toujours considéré que j’étais plus un penseur qu’un corps.

Je peux adorer ma pensée ou alors la détester, ce qui signifie que j’y accorde beaucoup d’importance.
Ceux qui n’ont pas cette identification n’accordent aucune importance particulière à leur pensée.
Si j’aime trop ma pensée, je vais vouloir essayer de tout comprendre intellectuellement autour de moi et je vais analyser tout le temps.
Si je déteste ma pensée, je peux refouler toutes les pensées que je considère comme interdites.

J’ai remarqué que ceux qui sont obsédés par leur pensée ont des tendances psychopathes, c’est à dire qu’ils n’ont pas d’empathie pour l’autre, juste une compréhension intellectuelle de l’autre.

« Je suis un individu »

Cette identification est décelable dans l’attitude.
En fait, elle est très liée aux 2 précédentes.

Si je suis obsédé par cette identification, je vais attacher beaucoup d’importance à mon individualité et à ma personnalité.
Ceux qui n’ont pas cette identification n’accordent aucune importance particulière à leur individualité ni à leur personnalité, mais je dois avouer que je n’en ai jamais croisé !
Si j’aime trop mon individualité, je vais chercher à m’entourer de beaucoup de personnes et à briller auprès d’eux.
Si je déteste mon individualité, je vais vivre en groupe en rejetant la société ou je vais devenir ermite.

J’ai remarqué que ceux qui sont obsédés par leur individualité veulent montrer à quel point ils sont brillants.

Conclusion

Chacun de nous a construit sa propre formule fragile incluant ces 3 identifications: corps/pensée/individualité.

Le processus d’identification est un processus tout à fait normal.
Ces identifications ne sont ni bonnes ni mauvaises, mais il ne s’agit « que » d’identifications, elles varient tout le temps en fonction de ce qui nous arrive et la vie se charge de nous rappeler leur caractère éphémère.

Je sais que c’est difficile à croire, mais toutes les identifications qui apparaissent par la suite sont une combinaison plus ou moins subtile de ces 3 éléments de base, donc si vous travaillez directement sur ces 3 là, vous résoudrez automatiquement les autres.

Pour vous amuser, je vous propose de regarder la télévision et d’essayer de deviner les identifications des participants. C’est particulièrement évident à la télé mais plus subtil dans la vie.

Et vous, savez-vous reconnaître vos propres identifications ?
Et surtout, en êtes-vous dupe ?