Comment se faire des amis et influencer les autres


Lors de ma dernière conférence, j’avais parlé du livre « Comment se faire des amis et influencer les autres » de Dale Carnegie.

J’avais dit que je n’étais pas d’accord avec l’approche.
Je vais expliquer pourquoi.

Contexte

Quand j’ai commencé ma psychanalyse il y a 20 ans, j’avais beaucoup de problèmes relationnels et je voulais à tout prix changer.
Dans une brocante, j’étais tombé par hasard sur une vieille version de ce livre, et le titre m’avait plu parce que je voulais me faire des amis à l’époque.

Prendre conscience des relations avec les autres

Très honnêtement, avant de lire ce livre, je n’avais aucune notion d’interaction avec les autres parce qu’il n’y avait que l’informatique dans ma vie.
J’étais tellement dysfonctionnel que je justifiais mon attitude par le fait que je voulais être apprécié tel que j’étais.
Mais bon, j’étais à chier et en réalité, tout le monde me fuyait.

Ce livre m’a aidé à prendre conscience de mes relations avec les autres.

Une liste des attitudes « positives »

Les exemples du livre citent à chaque fois des attitudes « positives », afin d’encourager le lecteur à les utiliser.

L’intérêt de cette approche est surtout de savoir que telle attitude est « positive », par opposition à une attitude dysfonctionnelle.
En comparant l’attitude « idéale » avec mon attitude personnelle, cela peut m’aider à prendre conscience que mon attitude personnelle est inadaptée.

Mais attention à l’illusion du changement !
Les individus en état de paix intérieure utilisent naturellement des attitudes « positives », puisqu’ils ne sont pas en conflit avec eux-mêmes.
Tant que j’essaye d’adopter une attitude, c’est qu’elle n’est pas naturelle chez moi, et donc que je suis en conflit avec moi-même.
Ce livre n’est pas fait pour résoudre ses conflits intérieurs.

Ce n’est pas pour se faire des amis

Pendant plusieurs semaines, j’ai suivi scrupuleusement les conseils donnés dans ce livre, mais je n’ai pas eu plus d’amis parce que ce livre n’est pas pour se faire des amis.
Ce livre liste toutes les techniques simples d’interaction avec les autres.
Le but réel est de pouvoir créer des relations moins conflictuelles avec les gens avec qui j’entrais en contact, ou plus exactement de les séduire rapidement.

Par exemple, le premier conseil du livre est « ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas », et explique pourquoi suivre ce conseil.

Ce n’est pas un livre de développement personnel !

J’avais expliqué que je voulais à tout prix changer.
Malheureusement, tant qu’il y a de la volonté, il n’y a pas de changement !

Par exemple, si j’applique systématiquement le conseil « ne critiquez pas »:

  • je vais passer pour un lèche-cul
  • peut-être qu’en fait, l’autre a besoin de ma critique pour progresser
  • je vais me faire un ulcère à force de ne pas exprimer ce que j’ai envie de dire
  • j’accumule du stress, et ce stress sortira un jour ou l’autre de manière violente et probablement sur une personne innocente

Le développement personnel, c’est aller à la découverte de soi, au-delà des limites imposées par moi ou par les autres.
Tant que j’essaye d’agir de manière « idéale », je ne vais pas à la découverte de moi-même, parce que j’essaye de garder le contrôle de ce que je crois être.
Est-il possible de lâcher prise en suivant des conseils comportementaux ? Non !

Le risque de se perdre

L’idée principale de ce livre est de me conformer à ce que les autres attendent de moi, c’est à dire de chercher à leur faire plaisir dans l’espoir qu’ils me rendront la pareille.
Le problème de cette approche est qu’elle tend à gommer ma personnalité, parce que je vais essayer de correspondre à une image idéalisée de moi-même.
Comme je fournis des efforts pour être autre chose que moi-même, les autres sentent bien que je suis en conflit avec moi-même.
Je ne laisse tomber le masque qu’avec mes proches, ce qui fait que je peux avoir une attitude publique totalement opposée à mon attitude privée.

Enfin, l’auteur conseille beaucoup trop d’éviter les conflits, alors qu’affronter les conflits permet d’augmenter l’estime de soi.

De la manipulation bas de gamme

Un exemple bien foireux est « souriez, soyez aimable ».
L’idée de base est: « quand je souris ou quand je suis aimable, j’ai moins de conflits avec les autres ».
Donc je vais commencer à appliquer la méthode « je souris, je suis aimable » tout le temps.
Bien évidemment, je vais affiner cette méthode, si je vois qu’elle ne fonctionne pas avec certaines personnes.
Au bout d’un moment, je réalise que c’est épuisant, alors je n’applique cette méthode que quand je perçois un conflit.
Ainsi, je ne vais être aimable que quand je suis en situation de conflit, et je serais naturel dans les autres cas.

En fin de compte, je considère l’autre comme un objet, sur lequel j’ai de l’influence parce que j’applique une technique.
Et le pire, c’est que si cette méthode fonctionne, je vais me sentir supérieur à ceux qui tombent dans mon panneau et je vais les mépriser.

Un outil de racolage pour l’institut Carnegie

J’avais conseillé ce livre à une amie, et elle avait tellement adoré qu’elle a suivi le stage à l’institut Dale Carnegie.
Elle m’avait invité à sa présentation de fin de stage et j’y étais allé avec ma future femme.

Lors de cette présentation, il était clair que le stage concernait la prise de parole en public et les techniques simples de manipulation.
Très honnêtement, faire du théâtre est bien plus efficace pour la prise de parole en public et la PNL va beaucoup plus loin au niveau de la manipulation mentale.

Conclusions

Ce livre est utile pour prendre conscience des interactions avec les autres.
Ce livre n’est pas un livre de développement personnel.
Ce livre n’est pas pour se faire des amis.
Ce livre énumère les interactions humaines, plutôt dans le cadre des relations professionnelles et dans la séduction à court terme.
Ce livre peut donner l’impression qu’il est facile de changer par la volonté, mais il ne s’agit pas de changement mais de dressage !

Publicités

2 réflexions sur “Comment se faire des amis et influencer les autres

    • Dans le même style, il y a des livres sur « l’Optimal Thinking ».
      Ce titre m’impressionne toujours.

      A l’époque, j’avais un tel désir de changement que j’ai fait des trucs tout bizarres, et ça, c’était un des trucs les moins bizarres que j’ai faits.

      Avec le recul, j’ai profondément changé, mais tous ces livres ne m’ont pas beaucoup aidé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s