La latitude dans l’attitude


Quand j’ai croisé ma future femme, ce qui m’a le plus surpris chez elle est qu’elle était « directe », alors que j’étais « indirect ».
Plus exactement, elle était capable de dire clairement ce qu’elle voulait et pouvait s’opposer directement aux gens.
Personnellement, j’en étais bien incapable, j’hésitais tout le temps et je n’osais pas dire ce que je pensais.

J’avais tout un tas de bonnes raisons pour agir comme cela:

  • mon éducation: je n’osais pas m’affirmer, parce que j’avais été bien dressé par mes parents
  • mon manque de confiance en moi: seul ce que je produisais me donnait de la valeur, je n’arrivais pas à percevoir ma valeur intrinsèque
  • mon aptitude à calculer les conséquences de mes actes, ce qui faisait que je n’étais jamais spontané
  • mon aptitude à « séduire » intellectuellement

En fait, en creusant un peu, je dois pouvoir trouver un million d’autres excuses à mon comportement.

A cause de cette contrainte dans ma façon de vivre, j’avais développé une excellente aptitude à manipuler les gens.
Et, avant de croiser ma femme, je m’en accommodais plutôt bien.

Mais après cette rencontre, j’ai réalisé à quel point certaines actions me semblaient compliquées alors qu’elles étaient toutes simples pour elle.
Par exemple, je n’osais jamais demander de l’aide ou me plaindre quand quelque chose n’allait pas.
Ca n’a pas l’air de grand chose, mais j’en souffrais énormément.

L’expérimentation

Alors je me suis dit que je devais changer, que je devais être direct et pas indirect.
Donc j’ai commencé à agir à l’inverse de mon attitude précédente, en étant le plus direct possible.

C’était complètement épuisant, parce que j’essayais d’être l’inverse de ce que j’avais l’habitude de faire.
Avec le temps, j’ai réussi à trouver le bon réglage: ni trop direct, ni trop indirect.
Ce réglage est valable seulement pour moi, parce que j’ai une préférence pour le côté indirect, vu que je le pratique depuis longtemps.
Curieusement, à mon contact, ma femme a réalisé qu’être indirect avait ses bons côtés, donc elle a commencé à agir de manière plus indirecte.

La leçon

En réalité, je me complaisais dans mon image de quelqu’un d’indirect.
J’étais persuadé de ne pas pouvoir être direct.
Cela flattait mon ego de pouvoir manipuler les individus pour obtenir ce que je voulais.
Mais préserver cette image idéale me coûtait très cher, et limitait beaucoup mes comportements.
C’est cette limitation d’attitude qui me faisait souffrir.

Un peu de coaching

Quand une personne en souffrance me demande de l’aide, j’essaye de voir en quoi son attitude est rigide.
C’est très facile, il suffit d’écouter les individus se plaindre.
Derrière les motifs nobles, la plainte décrit une obsession, il suffit de trouver laquelle.

Ensuite, je décris la palette de tous les comportements possibles afin de déterminer ceux que la personne refuse, c’est ce que j’appelle « les limitations auto-imposées ».

Tout le monde est psychorigide, à un niveau plus ou moins visible.
Nous sommes attachés à cette rigidité parce que nous avons mis des années à construire ce que nous croyons être.
Mais en réalité, cette rigidité est illusoire.

En fait, chacune des composantes de notre personnalité est une jauge que nous pouvons régler.
Et ce réglage peut s’adapter à la situation en cours.
Par exemple, si je considère que je suis un « gentil », je peux m’empêcher d’agir comme un « méchant » alors que c’est peut-être la seule solution possible dans certaines situations.
Ou alors je veux me comporter comme un « bon parent ». Je m’interdis donc d’agir en « mauvais parent », ce qui n’est pas forcément le comportement le plus efficace.

Comment détecter sa propre psycho-rigidité ?
En fait, je connais 3 moyens de le faire:

  1. la souffrance
  2. les défauts
  3. les phobies

La souffrance

Quand je souffre dans une situation donnée, c’est que mon attitude n’est pas adaptée.
Comme je l’ai expliqué, changer d’attitude demande beaucoup d’efforts, et les échecs sont extrêmement décourageants.

Je recommande d’essayer d’agir à l’opposé de la façon dont nous agissions précédemment.
Le but n’est pas de changer, mais de découvrir que la jauge que nous croyions fixe ne l’est pas.
Au début, la jauge (et notre attitude) va bouger de manière assez violente, mais au bout d’un certain temps, elle gagne en mobilité et la bonne attitude est trouvée sans effort.
Tant qu’il y a de l’effort, c’est que la bonne attitude n’a pas été atteinte.

Les défauts

Un défaut, c’est une qualité poussée à l’extrême.
Par exemple, je peux passer d’ « économe » (qualité) à « pingre » (défaut).

Je recommande de vous concentrer sur vos défauts.
Tant que vous percevez des défauts, c’est que vous adoptez un comportement stéréotypé, autrement dit que vous agissez comme une marionnette.
Essayez de découvrir la palette de comportements possibles en chaque situation, et vous verrez que vos défauts se réduiront.

Si vous ne connaissez pas vos qualités ou vos défauts, regardez ceux qui vous gênent chez les autres.
Les autres sont le miroir de vous-même, ils vous aident à découvrir ce que vous êtes.

Un point important est que vous percevrez des qualités et des défauts tant que vous ne vous acceptez pas comme vous êtes.
Quand je me suis accepté comme je suis, avec mes qualités et mes défauts, tout cela a disparu.
Il n’y a plus ni qualité, ni défaut, juste ce que je suis, sans obsession pour des comportements donnés.

Les phobies

Toute phobie implique une limitation dans les attitudes, et est un révélateur évident de ses propres limites.
Je ne vais pas m’étendre sur ce thème.

Un peu de zen

Voici une histoire zen qui illustre ce que je viens d’écrire.

Un homme se plaignit de l’avarice de sa femme à un maître zen.
Le maître zen se rendit chez elle, et lui montra un poing fermé.
– que veux-tu dire par là ? demanda la femme étonnée
– si ma main était toujours ainsi, que dirais-tu ?
– je dirais qu’elle est infirme, répondit-elle
Il ouvrit alors grand sa main et demanda:
– et comme ça ?
– qu’elle est infirme tout autant, répondit la femme
– si tu comprends autant de choses, tu es une bonne épouse
Et sur ces mots, il s’en alla.
Dès lors, la femme aida son mari à être aussi généreux qu’économe.

Conclusion

Et maintenant à vous d’agir: essayez de découvrir votre richesse intérieure, cela commence par vos attitudes !

Quels sont vos défauts ?
De quelles qualités proviennent vos défauts ?

Qu’est-ce qui vous fait souffrir ?
Est-ce que vous vous interdisez consciemment ou inconsciemment certains comportements qui pourraient réduire votre souffrance ?

Est-ce que vous êtes obsédé par certains comportements ?
Est-ce que vous pouvez essayer d’agir temporairement à l’opposé de vos habitudes, afin de percevoir la liberté de comportement qui est en vous à chaque instant ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s